AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
OUVERTURE LE 04/05. Un petit message de soutiens ? A faire sur Bazzart et PRD. Et un petit vote sur le TI Top et sur le Top site obsession. Merci ♥️
Le staff souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année, à tout le monde <3

Partagez | .
 

 Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


▌Nombre de cartons : 941
▌Loyers payés : 633
Age : 28
Localisation : Dans ton...


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Sam 1 Juin - 15:17

PV: Stefan Gray Dustu + Mama
open your eyes ~





Stefan se tourna d’abord dans un sens, puis dans l’autre. Il finit par se mettre sur le dos et soupira, avant d’ouvrir les yeux. Il ne dormait déjà plus. Se redressant lentement, il jeta un œil au réveil.
Il indiquait quatre heures. Le jeune homme poussa un nouveau soupir, puis après quelques secondes d’hésitation, se leva. Ses insomnies se faisaient de plus en plus fréquentes, mais cela était sans doute préférable aux cauchemars, qui en plus d’être passablement désagréables, finissaient aussi par le réveillait.
L'appartement était dans l'obscurité, seul la petite lumière du voyant de la télévision émettait une vague lueur et empêché le noir d'être total. Il alluma la lampe rouge, posé sur un meuble contre le mur à l'entrée de sa chambre. L'ampoule basse consommation s'illumina progressivement. Il contempla ce phénomène un instant, il ne se sentirait plus agressé par l'éclairage. A présent, il était chez lui... Cette constatation avait quelque chose d'étrange. Chez lui...Bientôt, cela n'aurait plus rien de nouveau et il considérerait ce lieu avec une banalité navrante.
L'ancien détenu se dirigea vers le canapé. Il fit un pas, puis deux et lorsque vint le troisième... Il s'étala par terre. Il eu une bref pensée pour les voisins du dessous, il fallait espérer qu'ils n'étaient pas cardiaque. Il venait de tomber à plat ventre, avec une lourdeur désolante. L'image qui s'imposa alors à son esprit, fut celle d'un bébé phoque échoué sur la banquise. Il devait en avoir presque toute l'allure, en moins gras.

Stefan s'assit et s'avisa que son agresseur n'était autre que l'immense tapis rouge foncé, qui prenait place sous la table basse et s'arrêter à ras du sofa.

* Un tapis... Il y avait un tapis là ce matin ?...Quelle idée d'avoir mis ça ici...*

Il secoua vaguement la tête. Les charmantes personnes s'occupant de sa réinsertion avaient tout prévu. Tout jusqu'à l'ameublement. Aussi découvrait-il chaque jour un nouvel objet, ou meuble qui lui appartenait désormais. La veille par exemple, il s'était rendu compte en voulant couper des légumes, qu'il ne disposait d'aucun couteau de cuisine. Rien qui ne soit trop pointu ou trop tranchant.

*Sérénité et confiance bonnnjouuur *avait il pensé.

Ses couverts mêmes, étaient composés de couteaux à bouts ronds. H.D et son petit personnel n'étaient qu'une bande de pervers sadique, ou de gros peureux, c'était à voir. Dans tous les cas, ce charmant Monsieur aurait sans doute bien ri, à le voir ainsi patauger dans son environnement. Un jour, il arriverait à s'en débarrasser et le plus tôt serait le mieux. En attendant, il se devait de faire avec ça, il n'avait pas le choix.
Le jeune homme s'installa enfin dans le canapé. Les différentes pensées qui se bousculaient à l'intérieur de son crâne, n'allaient surement pas l'aider à se rendormir. Il fit légèrement la moue tout en fixant la bouteille de whisky non entamé, trônant sur la table.

*Oh eh puis F***ck*

D'un geste souple, il saisit la bouteille et l'ouvrit, avant de boire directement au goulot. Il devrait songer par la suite à trouver une bonne planque à sa bouteille. Juste au cas où. Si H.D débarqué à l'improviste, il risquait non seulement de passer pour l'alcoolique de service, mais d'avoir également d'autres ennuis. Continuant à boire, il haussa les épaules, ça attendrait demain. Et puis il fallait bien s'aider à trouver le sommeil.

;


Dernière édition par Stefan Gray Dustu le Mar 11 Juin - 11:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 56
▌Loyers payés : 62


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Lun 10 Juin - 21:17





Clutching my cure. I tightly lock the door.
I try to catch my breath again....




« Grand-mère, je vais boire avec des potos tu veux venir ? » « Non, non, non ! Winnona, Mama doit s'occuper de ton frère et ta sœur, tu le sais. Ah, ce que Mama aimerait avoir ton âge... Bon ! Qu'est-ce que tu attends là ?! Prends tes affaires, fous le camp avant que je ne te mette à la porte ! … Oh, juste si tu pouvais rentrer avant minuit, ça arrangerait beaucoup Mama, ok ? Je ne tiens pas à faire toutes les boîtes de nuit une par une pour te retrouver au fin fond d'un WC en train de faire des galettes... Rien que d'y penser j'ai envie de vomir... » Nom di diou, qu'est-ce que tu ne venais pas de dire Mama ! Minuit. Une folle sueur se répandait sur tout Mama, la folie arpentait l'horizon. Minuit trente, je tente d'appeler ma petite-fille via ce qu'ils appellent un « téléphone portable » très personnellement, j'appelle ça une « boîte à merde » et bien sur, Mama retrouve le téléphone sur la table du salon. Bon, bon, bon. A seize ans on risque quoi dans les rues de Manhattan hein ? Le viol, la mort, la drogue... Bon. Encore la drogue ce ne serait pas un drame, tant que c'est de la bonne... Mais la mort.. Bien. Mama, je crois que ton heure de gloire est arrivé.

Mama laisse alors un énorme couteau de cuisine à la petite Beverly (12ans) et un flingue (en plastique, ce que les futurs agresseurs ignorent) à ce petit con de Mason (14ans). Mama se fringue genre avec un manteau rouge flash et un pistolet à eau (qu'on a remplacé par du lait caillé) et Mama se faufile dans les rues. Putain si on m'avait dit un jour que ma retraite ressemblerait à ça, j'aurais refusé le contrat. Mama déteste sa retraite ! Mama déteste sa fille ! Mama avance dans la ville ! Mama regarde sa montre ! Mama fait toutes les boîtes de nuit une par une pour retrouver Winnona ! Mama rentre dans une boîte de nuit et se rend compte qu'elle a raté sa petite fille qui était à l'entrée ! Mama veut chier ! Mama sort de la boîte et attrape sa petite fille par le bras ! Mama a fait peur à Winnona... Winnona va dormir par terre cette nuit, Mama le jure ! « Grand-mère !! » « Minuit hein ?.. Bon on.. » « Wesh t'as ramené ta vieille ou quoi ? Putain elle est bonne la mamie !! » Celui-là il n'aurait pas dû voir Mama ce soir ! Celui-là, Mama lui a craché dessus avant d'ordonner à Winnona de courir ! Mama est arrivé bien après Winnona ! Mama a perdu ses lunettes dans sa folle course et Mama rentre dans l’ascendeur... Mama cherche le 17e étage avec ses yeux d'aveugle et Mama fini par faire sa prière avant d'appuyer sur ce qui semblait être 17. Mama allait pas monter à pieds, Ses pieds puent déjà la raclette à fromage depuis qu'elle a passé le stade d'adulte... Mama arrive devant ce qui ressemble à sa porte et rentre.

Mama rentre en faisant la danse de Michael Jackson et poussant un cri aigu comme elle a l'habitude de faire pour faire comprendre qu'elle est rentré. La vision de Mama est absolument tout sauf claire, elle est même floue ! Mama se rend compte qu'il y a un truc très bizarre dans son appartement et Mama sort son flingue à eau qui dégouline de lait puant. Mama avance à tâton et Mama a envie de gueuler. Mais Mama sait même pas l'heure qu'il est alors plutôt tuer que de crier ! Mama veut dormir ok ? Bon. Mama se cogne dans un meuble qui n'avait pas lieu d'être ici ! Mama va tuer ! « Aiouuh.. Bordel, Winnona, c'est quoi ça ?! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 941
▌Loyers payés : 633
Age : 28
Localisation : Dans ton...


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Ven 14 Juin - 20:51

PV : Stefan + Mama
Open your eyes ~





Brusquement et contre toute attentes, la porte d'entrée s'ouvrit et un cri d'une ignoble intensité retentit. Avachi dans son canapé, la bouteille toujours à la main, Stefan sursauta si violemment qu'il se renversa une bonne dose de whisky dessus. Il avala également de travers et manqua de peu de s'étouffer. Il posa la bouteille sur la table basse, tant bien que mal tout en toussant. Il se redressa ensuite rapidement et se tourna, avant de se pencher légèrement au-dessus du sofa. Il aperçut alors une forme massive qui alla heurter un de ses meubles.

*Un cambrioleur ? Un voleur de kinder bueno ? Pas très discret. *

« Aiouuh... Bordel, Winnona, c'est quoi ça ?! »

Le jeune homme haussa un sourcil. Il ne savait pas qui était Winnona et n’avait pas franchement envie de le découvrir. Ne voyant pas clairement, la personne ou plutôt la chose qui avait pénétré chez lui, la lumière d’une petite lampe n’éclairant pas assez, il se décida à se lever. Sans faire de bruit, il alla appuyait sur l’interrupteur fixer au mur. Et le néon s’illumina, le jour fut presque. L’ancien détenu attrapa au passage, le premier objet qu’il lui vint. Une tapette à mouche.

*Chanceux avec ça…*

Il haussa les épaules. Il se débrouillerait avec ça. Une arme improvisée, restait une arme. Surtout entre ses mains. Bien sûr il n’avait pas prévu d’assassiner quelqu’un. D’abord, parce qu’il n’en avait pas vraiment le droit, ensuite parce que cela ferait effectivement un peu tâche alors qu’il venait à peine d’être libéré sous conditions.
Stefan s’approcha, de ce qui avait l’air d’une vieille femme.

*Ah ba oui d’accord… cette fois c’est clair. J’ai vraiment un mauvais karma…*


Il leva les yeux au ciel.

*Pourquoi une mamie ? Pourquoi pas une adorable jeune femme, suffisamment intelligente pour se  taire et avec un corps de rêve ? Non vraiment pas ?...*

Il soupira, tout en se rapprochant.

*Eh maintenant en plus je dois puer le whisky à des kilomètres…tsss*

Il souffla.

*Tout ça à cause d’une morue qui n’a rien trouvé de mieux à faire que de s’échouer chez moi*

S’arrêtant à quelques centimètres de la madame en question, il croisa les bras, tapette à bouche fermement tenue.

« Je ne sais pas qui est Winnona et honnêtement, ça ne m’intéresse pas. »

Le jeune homme avança encore d’un pas.

« Je n’ai rien contre Michael Jackson, mais à cette heure-ci j’aurais préféré quelque chose de plus doux. Une berceuse peut être, ou autre chose. »

Il fit légèrement la moue.

« Si je fais un pas de plus, je risque de vous marcher dessus. Et je n’ai pas pour habitude d’écraser des vieilles dames. Alors, oust. »

Il agita vaguement les bras et la tapette à mouche.

« Aller vous en et vite. »

Il lança un regard d’avertissement à la charmante madame et retourna se vautré dans son canapé.

« Et Fermez derrière vous en partant ».

Il reprit la bouteille sur la table basse.

*Une dernière gorgée pour se rincer la bouche et au lit*.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 56
▌Loyers payés : 62


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Dim 23 Juin - 19:19






Clutching my cure. I tightly lock the door.
I try to catch my breath again....




« Je ne sais pas qui est Winnona et honnêtement, ça ne m’intéresse pas. » C'est comme si les paroles étaient venues du plus profond du cœur de Mama : « Mason, fermes ta gueule espèce de petit con !! » Oh oui qu'il était con ce petit fils, très con ! Mama -dont la vue était plus que défectueuse- l'aurait tué, si seulement il s'agissait de lui. « Je n’ai rien contre Michael Jackson, mais à cette heure-ci j’aurais préféré quelque chose de plus doux. Une berceuse peut être, ou autre chose. » En plus c'est qu'il continue ce petit con ! Mama va le traiter ! Mama va le fouetter ! Mama va le torturer ! Mama va le border au lit avec de l'huile de foie de morue ! Paroles de Mama ! « Winnona, tu veux être gentille ma puce ?! Vas voir dans ma table de nuit je dois avoir une paire de lunettes de secours.... Quant à toi mon garçon, je ne sais pas encore ce que je vais te faire mais, crois bien que tu vas regretter tes paroles ! On ne parle pas comme ça de sa sœur petit voyou !! ». Mama s'adressait alors à une lampe, pensant s'adresser tout simplement à son petit-fils. Dure la soirée, très dure ! On se demande qui en chie le plus ! Mama va vouloir se venger, foie de Mama ! « Si je fais un pas de plus, je risque de vous marcher dessus. Et je n’ai pas pour habitude d’écraser des vieilles dames. Alors, oust. » C'est qu'il continuait ce crétin ! Mais, Mama réalisa alors que la voix ne provenait pas de la proximité... C'est pourquoi, elle s'aventura de quelques pas en se fâchant cordialement, telle est dans son habitude. «  Hey dis donc toi ! On t'as pas appris les bonnes manières ! On parle pas à Mama de cette façon ! Et puis d'ailleurs, depuis quand on vire Mama de chez elle?! Et puis « oust » comment ça « oust ?! Attends que je t'attrape, je vais me faire une joie de te le coller sur les tempes ton « oust » !!! ». Mama avance, encore, puis encore et encore... « Aller vous en et vite. ». Mama fut outré ! Mama va le dégommer ! Mama va le transformer en nain de jardin ! Mama va finir en prison ! Mama a de la peine vu qu'il s'agit de Mason son petit-fils, qui n'allait plus l'être très longtemps ! Mama fait les gros yeux et continue de s'avancer furax ! « Petit con ! .. Espèce de blaireaux ! Batracien idiot sans intelligence et sans cœur ! Vas te faire pêter le trou par un phoque mon gars !! « vite » … T'as vu ça où de donner des ordres à Mama !!! ». « Et Fermez derrière vous en partant ». Mama ne pu s'empêcher d'accélérer le pas en entendant un gros « pouf », le signe évident qu'il s'était assis l'autre petit con ! « Mais bien sur ! Continues donc je te prie ! Tu vas voir ce que je vais fermer... C'est ta chambre ! A double tours ! Jusqu'à ce que tu pisses dans ton slip mon gamin ! Ou plutôt devrai-je dire, pauvre petit con de gamin ! ». Malheureux du jour que voilà.

Mama avance, fonce sur l'individu qu'elle croit être Mason mais qui n'est pas Mason et le choppe par le bras avant de le regarder très méchamment. « J'espère que tu as bien conscience que Mama est pas contente, mais alors, pas du tout ! Ca ne te réussi pas de parler aussi mal ! Mama va t'apprendre la politesse que tu as tant oublié !! Maintenant... *se coupe elle-même la parole* Bon et elle fout quoi ta sœur ? Trois heures pour ramener des lunettes... Non mais c'est pas vrai ils vont me rendre dingue ces mômes... » . Se parler à soi-même est la base élémentaire du « je ne crie pas, j'ouvre le dialogue et j'essaye de rester calme dans toutes les circonstances possibles imaginables ou non imaginables ».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 941
▌Loyers payés : 633
Age : 28
Localisation : Dans ton...


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Jeu 27 Juin - 21:10

PV : Stefan + Mama
Open your eyes ~





« Mason, fermes ta gueule espèce de petit con !! »

Stefan fronça les sourcils.

* Qui que quoi ? Qui c'était ce Mason ? D'abord, Winnona, maintenant Mason. Elle avait des amis imaginaires la vieille ou quoi ?*

« J'ai dis dehooors ! » lança t'il depuis le canapé.

Secouant la tête, il bu une nouvelle et dernière gorgée de whisky.

« Winnona, tu veux être gentille ma puce ?! Vas voir dans ma table de nuit je dois avoir une paire de lunettes de secours.... Quant à toi mon garçon, je ne sais pas encore ce que je vais te faire mais, crois bien que tu vas regretter tes paroles ! On ne parle pas comme ça de sa soeur petit voyou !! ».

* Mais qu'est ce qu'elle raconte ?*

Le jeune homme se demanda sérieusement pourquoi ce genre de choses n'arrivait qu'à lui. Il ne demandait rien à personne. Il était tranquillement chez lui a essayé de tuer ses insomnies et voilà que Madame mathusalem débarquait comme le messie. Il la vit d'ailleurs venir vers lui.

*Qu'est ce qu'elle n'a pas comprit dans le mot « dehors » ? hu...*

« Hey dis donc toi ! On t'as pas appris les bonnes manières ! On parle pas à Mama de cette façon ! Et puis d'ailleurs, depuis quand on vire Mama de chez elle?! Et puis « oust » comment ça « oust ?! Attends que je t'attrape, je vais me faire une joie de te le coller sur les tempes ton « oust » !!! »

L'ancien détenu se frotta les yeux. Mais n'allait pas s'arrêter de jacasser ainsi ?

« Petit con ! Espèce de blaireaux ! Batracien idiot sans intelligence et sans coeur ! Vas te faire péter le trou par un phoque mon gars !! « vite » ... T'as vu ça où de donner des ordres à Mama !!! ».

Apparemment pas maintenant... Il se mordit la lèvre. Blaireaux ? Petit con ? Batracien ? C'est qu'elle en avait du vocabulaire la mégère. Dans tous les cas elle ne semblait pas avoir l'intention de partir. Au lieu de ça elle continuait à l'engueuler comme s'il avait été son propre petit fils.

« Mais bien sûr ! Continues donc je te prie ! Tu vas voir ce que je vais fermer... C'est ta chambre ! A double tours ! Jusqu'à ce que tu pisses dans ton slip mon gamin ! Ou plutôt devrai-je dire, pauvre petit con de gamin ! ».

Il saisit un coussin, assortit à la couleur du canapé et enfouit son visage dedans.

*Restons calme tout va bien...*

Il ne savait pas s'il devait se mettre à rire ou à pleurer et l'alcool ne l'aider pas vraiment à réfléchir de façon très cohérente. Il restait surement plus saint d'esprit que l'autre incruste de mamie.

« J'espère que tu as bien conscience que Mama est pas contente, mais alors, pas du tout ! Ca ne te je croiréussi pas de parler aussi mal ! Mama va t'apprendre la politesse que tu as tant oubliée !! Maintenant... *se coupe elle-même la parole* Bon et elle fout quoi ta soeur ? Trois heures pour ramener des lunettes... Non mais c'est pas vrai ils vont me rendre dingue ces mômes... »

Ne résistant pas, Stefan finit par jeter son coussin sur la vieille dame. Il se leva  brusquement et avança ensuite dangereusement vers elle.

« Je ne sais pas dans quelle langue il faut vous le dire mais, dehooooors ! Allez-vous-en ! Foutez le camp de chez moi !! Chezzzz moiiii ! Pas chez vouuus ! »

Ni une, ni deux, il attrapa par un bras et l'entraîna jusqu'à la porte. Il prit ensuite une grande inspiration et parla avec calme.

« Je ne sais pas qui Winnona, ni Mason, si se sont vos petits enfants, vos chats ou vos amis imaginaires et j'en ai rien à secouer. Il est un peu plus de quatre heures du matin et j'apprécierais de ne pas être dérangé par une vieille taupe qui chante foutue-ment mal du Michael Jackson. »

Calme ne voulait jamais dire agréable.

« Un conseil, ne quittez plus vos lunettes. Pour votre bien comme pour le mien. Maintenant sortez et vite. Ma patience à des limites. »

Le jeune homme tenait la porte d'une main et encourageait de l'autre mamie à partir, quand il fut soudainement prit de nausées. Il courut alors jusqu'aux toilettes pour vomir, laissant l'ancêtre à moitié aveugle seule à l'entrée.

Il avait horreur de gerbé. Et il avait horreur d'avoir horreur. De plus, il pensait qu'il allait mourir presque chaque fois qu'il était malade, que se fut un peu ou beaucoup.

*Quel nuit de merde...*

Assit par terre et s'appuyant au mur, il ferma les yeux un instant.Ce n’était vraiment pas le moment de se sentir mal. Vraiment pas…Il se pencha brusquement au dessus de la cuvette et vomit encore. Depuis quand l’alcool ne passait il plus ? Avait-il réellement bu au point d’être dans un si piteux état ? …Il ne le savait même pas. Ses idées étaient loin d’être claires. Et son invitée forcée qui était certainement toujours là, sur le pas de la porte. Si par bonheur elle avait pu partir d’elle-même…Mais il en doutait. Et quoi que dans l’état où il se trouvait, c’était navrant. Il n’avait même pas le courage de se lever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 56
▌Loyers payés : 62


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Dim 4 Aoû - 21:04






Clutching my cure. I tightly lock the door.
I try to catch my breath again....




« Je ne sais pas dans quelle langue il faut vous le dire mais, dehooooors ! Allez-vous-en ! Foutez le camp de chez moi !! Chezzzz moiiii ! Pas chez vouuus ! ». Mama n'était pas contente mais alors, pas du tout ! Depuis quand on met une personne de cet âge à la porte ?! Et depuis quand on prend Mama par le bras de la sorte ?! Pas question de se laisser faire, une longue liste d'injures datant d'aujourd'hui mais surtout d'hier sortait de la bouche de Mama tant dis que cette dernière tentait tant bien que mal de se défaire. Un diable ! Oui, un vrai petit diable de con ce morveux ! « Je ne sais pas qui Winnona, ni Mason, si se sont vos petits enfants, vos chats ou vos amis imaginaires et j'en ai rien à secouer. Il est un peu plus de quatre heures du matin et j'apprécierais de ne pas être dérangé par une vieille taupe qui chante foutue-ment mal du Michael Jackson. ». S'il s'agissait de Mason, il aurait été fusillé sur le champ ! Seulement, avec le recul, Mama ne pouvait que se rendre compte d'une fatale erreure qu'elle vint de commettre. Mason ? Non. Winnona, non plus. Mama restait sans voix, il n'y avait que ça à faire dans l'heure... « Un conseil, ne quittez plus vos lunettes. Pour votre bien comme pour le mien. Maintenant sortez et vite. Ma patience à des limites. »  Cette fois, c'était trop, beaucoup trop pour que Mama reste dans le silence !! Cette fois, c'était trop, ça oui ! « Heyyyy !! Dis donc, ça va pas non ?! Vous savez que vous vous adressez à une personne ?! Et à Mama qui plus est !! ». Refermant la porte d'entrée comme s'il s'agissait de chez elle, Mama repris la parole pour s'adresser à... La lampe. Ouais, encore ! Sans lunettes, tentez de faire mieux, vous verrez qu'il n'est pas possible d'y parvenir. « Je suis Grâce, Joy, Mackenzie ! Et je pourrais vous raconter des anecdotes à vous faire déballer vos tripes !  Vous vous prenez pour qui à me parler comme ça ?! Moi, une vieille taupe ?! Vous avez bien de la chance que je n'ai pas mes lunettes autrement je vous... AIE... ». La grand-mère toucha alors la lampe ce qui la fit bondir face à la chaleur surhumaine qui venait de lui brûler l'index ! Ordure vas...

Au final, il aura fallu attendre cinq bonnes minutes avant que Mama n'ait fini de gémir face à sa brûlure à deux francs six sous, telle une enfant de six ans. Le bruit ? Les voisins ? Oh, elle s'en fout complètement.... Finalement, par on ne sait quel miracle, elle a réussi -en renversant des objets à droite et à gauche- à atteindre le frigo de son voisin... « Mais c'est très peu varié... Il n'y a rien à boire, mama n'a jamais vu ça de sa vie !  Et, je vous parle !! Vous m'écoutez au moins ?! » Mama, perdant le fil conducteur de son ciboulot, fit un tour sur elle-même en criant un « THRILLER, THRILLER NIIIIGHHHT... » et pour compléter ce moment de « je pète un délire » elle poursuivit par un blabla en solo... Attention mesdames et messieurs... «  Bon. C'est pas tout mais, je meurs de faim avec tout ça.. Il doit être cinq heures vu le « thriller moment » qui me prend et.. Merde, je parle encore toute seule c'est pas vrai... Les gens vont vraiment croire que Ohhh... Ahhh... » La vieille dame pris son confort dans ce qui semblait être un canapé, fermant les yeux, quittant toutes idées rationnelles.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 941
▌Loyers payés : 633
Age : 28
Localisation : Dans ton...


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Mar 6 Aoû - 12:54

PV : Stefan + Mama
Open your eyes ~





Stefan grimaça en se relevant péniblement. Cela faisait un peu trop longtemps qu’il se trouvait là. Le fait de vomir lui avait néanmoins, était bénéfique il se sentait un peu mieux et un peu moins alcoolisé.  Pendant son bref séjour la tête au-dessus de la cuvette, les absurdités de son invitée surprise lui était vaguement parvenues par bribes. Aussi n’avait il retenu que le « THRILLER, THRILLER NIIIIGHHHT... » tonitruant de la vieille femme et sa précision quand au fait qu’elle « pète un délire ».  Le jeune homme soupira tout en revenant au salon. Non seulement cette harpie n’avait pas quitté les lieux, mais mieux encore, elle squattait son canapé.

*Bon…c’est pas pour dire mais je suis pas une maison de retraite…* pensa t’il.

Peine perdu, il le sentait. A défaut d’autre chose, il se dirigea vers la cuisine, ouvrit un des tiroirs du troisième meuble et en sortit une nouvelle bouteille de whisky. Il l’avait mise ici, au cas où, confortablement planqué entre deux casseroles. Il saisit deux verres, dans le placard et revint ensuite vers l’antiquité qui pesée sur son sofa. Il s’assit à son tour, profitant du peu de place qui lui restait.

« Eh oh l’ancêtre. » lança t’il en lui mettant un coup de coude. « On s’endort pas, je vous offre un verre. Je suis de bonne humeur… »

L’ancien détenu remplit donc ses verres. Il en posa un en face de la grand-mère et garda l’autre. Peut-être que si il arrivait à l’a faire boire suffisamment il pourrait ensuite s’en débarrasser.

*Un coup de pelle, et ni vu ni connue un jolie trou dans le jardin des voisins à trois ou quatre pâtés de maison de là.*

Il se mordit la lèvre tout en réfléchissant. La masse à transporter ensuite n’était pas rien. Cela risquait d’engendrer de léger contre temps. Il haussa les épaules, il verrait bien. Fallait-il encore qu’il trouve l’occasion de l’assommer, l’air de rien.

Avisant que son autre bouteille traînait toujours sur la table, Stefan l’a saisit et hésita un instant avant de boire le fond d’une traite.  Il aurait été tentant d’asperger dame Mathusalem avec mais non. On ne gâchait pas un bon alcool. Il soupira tout en posant la bouteille vide et en prenant son verre, qu’il attaqua aussitôt.

« Mamaaaaa ! ».

La porte d’entrée s’ouvrit une nouvelle fois, à la volée. Une jeune fille débarqua alors avec un air mi furieux, mi désolé. Elle s’approcha de la squatteuse pour lui tendre quelque chose. Ses lunettes…Elle repartit tout aussi vite qu’elle était venu, n’accordant qu’un bref coup d’œil au jeune homme.

*Je devrais peut-être ouvrir un hôtel, mieux une pension de famille*

« Bon qu’est ce que vous faites ? demanda t’il à la mamie. « On continue de boire ? on se loue un film ? On fait des mots croisés ? Ou vous vous décidez enfin à hum…comment dire…foutre le camp de chez moi. »

Il accompagna sa réplique d’un sourire peu aimable et passablement niais.

Son regard se fit un peu plus agressif et il ne quitta plus sa « camarade » des yeux. Maintenant qu’elle disposait de ses lunettes et qu’elle retrouverait de ce fait une vue approximativement normale, elle pourrait prendre conscience de la menace que représenté l’ancien détenu. Le petit fils de cette dernière devait être un amour à coté de lui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 56
▌Loyers payés : 62


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Mar 6 Aoû - 13:33






Clutching my cure. I tightly lock the door.
I try to catch my breath again....




« Eh oh l’ancêtre. On s’endort pas, je vous offre un verre. Je suis de bonne humeur… ». « Ouais ouais, ça va, ça va.. Je dormais pas ok ?! Bon sang qu'est-ce qui cloche chez vous ? L'hospitalité, c'est pour les tapis de sol ?.. D'ailleurs votre tapis est horriblement laid je vous ferais dire... Aie, Grâce tu t'es fourré dans quoi encore ?...Phew.. ». Oui oui, Mama repart dans ses délires et en fait de bien mieux et puis alors ? En quoi cela vous regarde ? Si on parle de mes poils aux fesses qui me grattent, ça vous gêne ? … Mama ne pris aucunement la peine d’entamer le verre de son hôte. Du moins, elle n'en eu pas le temps qu'une terreur brune fit son entrée, d'un pas d’éléphant, visant à ramener les lunettes de sa grand-mère. Le même caractère de merde que mrs Mackenzie, bon sang. « Ah Winnona ! Merci bien ! Et n'oublies pas de te lever demain matin ! Direction l’hôpital pour un test : Toutes mes félicitations jeune fille... Ne me remercies pas surtout ! ». Croyez bien que cette petite a toute ma confiance, mais il faut bien effrayer la jeunesse de temps à autre n'est-ce pas ? Bref. Mama saisit alors ses lunettes et les déposa au bout du museau pour mieux observer ce qui l'entoure. « Bon qu’est ce que vous faites ? On continue de boire ? on se loue un film ? On fait des mots croisés ? Ou vous vous décidez enfin à hum…comment dire…foutre le camp de chez moi. ». Décidément, il était aussi aimable qu'un phoque cet homme ! « Bien. Grâce, il est temps de... Mais qu'est-ce qui me prend je me remet à parler toute seule... Bon sang, ça te réussi pas de picoler à ton âge ma vieille ! Enfin bon... Alors, premièrement, je ne suis pas un ancêtre. Tu sauras que Mama a fait bien des choses que même le plus macho des mecs n'oserait penser ! Mon p'tit gars, tu ne sembles pas comprendre qui est entré chez toi alors, laisses-moi t'expliquer. Je ne suis pas un ange, je ne suis pas dieu, je ne suis ni une folle dingue qui vient pour parler de ses petits-enfants ni une vieille con qui vient faire du tricot. Cela dit, je dois admettre que le fait de t'entendre au fin fond du trou en train de larguer ce qui ressemble à du whisky, là ça me fait chier ! Excuses-moi de te le dire, mais tu crains un max ! Ca fait combien de temps que t'as pas baiser avec une nana ? .. Oh et me fais pas la tête de celui qui comprend pas ou qui est choqué, on me l'a déjà faite... Ton appart est encore plus rangé que les archives du ministre ! Bon sang, c'est quoi ton problème ? » Et c'est moi qui dit ça... Y a des fois, je me demande ce qui me prend... Mais ça m'éclate, c'est jeun's ! Mama se lève alors du canapé et tout en esquissant un sourire elle repart dans un délire solo... « Tu aimes pas causer, les vieilles pour toi c'est comme un vieux déchet c'est beaucoup mieux sous terre que dessus pas vrai ? T'as peut-être pas tord... Mais en attendant monsieur je ne fais ni mots croisés, ni soirée téloche ! Je préfère encore mourir que de rester sur un canapé avec mon gros derrière ! Par contre, par contre,... Je ne met jamais personne à la porte ! Dieu a voulu qu'on aide les nôtres et qu'on ne les mette pas de côté. Même les jeunes trous du cul dans ton genre qui donnent des coups de coude aux grand-mères, qui les pousse, qui les tire à la sortie et qui ne remarque même pas qu'elles viennent de lâcher une bombe puantes !... Ouais j'ai pété ! … Je compte pas foutre le camp à moins que cela ne soit demander poliment, gentiment, sans violence. Alors si vous voulez louer un film, je vous conseille vivement toy story 3... Ca parle de vieux jouets... ». Mama s'élance alors vers un placard, toujours un semblant de sourire aux lèvres pour chercher des glaçons.... Un whisky sans glaçons ? Et puis quoi encore !!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 941
▌Loyers payés : 633
Age : 28
Localisation : Dans ton...


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Mar 6 Aoû - 17:12

PV : Stefan + Mama
Open your eyes ~





« Ouais ouais, ça va, ça va.. Je dormais pas ok ?! Bon sang qu'est-ce qui cloche chez vous ? L'hospitalité, c'est pour les tapis de sol ?.. D'ailleurs votre tapis est horriblement laid je vous ferais dire... Aie, Grâce tu t'es fourré dans quoi encore ?...Phew..»

Il ne dit rien et se contenta de sourire, ses doigts se crispant légèrement sur son verre. La grand-mère avait remercié la jeune fille, qui semblait être la fameuse Winnona  puis avait répondu à sa proposition qui n’en n’était pas vraiment une.

« Alors, premièrement, je ne suis pas un ancêtre. Tu sauras que Mama a fait bien des choses que même le plus macho des mecs n'oserait penser ! Mon p'tit gars, tu ne sembles pas comprendre qui est entré chez toi alors, laisses-moi t'expliquer. Je ne suis pas un ange, je ne suis pas dieu, je ne suis ni une folle dingue qui vient pour parler de ses petits-enfants ni une vieille con qui vient faire du tricot. »

Stefan aurait presque rit, tellement le discours de cette dame sortait de l’ordinaire. Elle avait une façon bien à elle de dire les choses.

« J’avoue je ne comprends pas, mais alors vraiment pas ce que vous faites chez moi. »

Il bu une gorgée.

« Vous n’êtes pas ange, vraiment ? Qui aurait pu le croire ? » . Il haussa les épaules. « Vous avez un avis bien négatif sur le tricot. Une mauvaise expérience sans doute ? »

Il sourit de nouveau et replongea le nez dans son verre.

« Cela dit, je dois admettre que le fait de t'entendre au fin fond du trou en train de larguer ce qui ressemble à du whisky, là ça me fait chier ! Excuses-moi de te le dire, mais tu crains un max ! »

*C’est elle qui s’incruste dans mon apparte et c’est moi qui crains de gerber ?! Gné.. ?*

Le jeune homme secoua vaguement la tête. Mieux valait sans doute rire de la situation plutôt que d’en pleurer. Il pouvait s’attendre à tout avec le phénomène qu’était cette femme. A tout…sauf à la question qui suivit :

« Ca fait combien de temps que t'as pas baiser avec une nana ?.. Oh et me fais pas la tête de celui qui comprend pas ou qui est choqué, on me l'a déjà faite... »

L’expression qu’afficha l’ancien détenu du se situer entre un étonnement banal et la surprise d’une « poule qui aurait trouvée un couteau ». Quoi qu’il en fut, il n’eu pas le temps de répondre que déjà l’antiquité posé une autre question.

« Ton appart est encore plus rangé que les archives du ministre ! Bon sang, c'est quoi ton problème ? »

Elle se leva du canapé encore une fois avant qu’il pu dire la moindre chose et repartit dans un de ses délires. Il se mordit l’intérieur de la lèvre, cela pouvait durer longtemps à ce rythme là.

« Tu aimes pas causer, les vieilles pour toi c'est comme un vieux déchet c'est beaucoup mieux sous terre que dessus pas vrai ? T'as peut-être pas tord... Mais en attendant monsieur je ne fais ni mots croisés, ni soirée téloche ! Je préfère encore mourir que de rester sur un canapé avec mon gros derrière ! Par contre, par contre,... Je ne met jamais personne à la porte ! Dieu a voulu qu'on aide les nôtres et qu'on ne les mette pas de côté. Même les jeunes trous du cul dans ton genre qui donnent des coups de coude aux grand-mères, qui les pousse, qui les tire à la sortie et qui ne remarque même pas qu'elles viennent de lâcher une bombe puantes !... Ouais j'ai pété ! … Je compte pas foutre le camp à moins que cela ne soit demander poliment, gentiment, sans violence. Alors si vous voulez louer un film, je vous conseille vivement toy story 3... Ca parle de vieux jouets... »

Se passant la main dans les cheveux, il réalisa que non seulement cette vieille taupe se permettait de lui faire la leçon, mais elle ne comptait pas partir à moins qu’il ne se montre…un peu plus gentil…

Il souffla, la gentillesse c’était bon pour les enfants qui désiraient obtenir certains trucs de leurs parents. Et il avait dépassé ce stade depuis longtemps. De plus il n’était pas du genre à faire ce que l’on attendait de lui, souvent par pur esprit de contradiction. Alors qu’elle parut s’élancer vers sa cuisine et ses placards, il se leva pour la rejoindre.


*Voilà qu’elle part en exploration maintenant…*

Il leva les yeux au ciel.

« Très bien, alors pas de mots croisés et de distraction de votre âge. »

Craignant pour ses meubles, Stefan se mit entre eux et la grand-mère.

« Pour ce qui est de l’aspect rangé, ça me convient très bien. Et j’apprécierais que ça reste comme ça. C'est-à-dire rangé. »

Une ébauche de sourire niais revint se coller à son visage. Il n’était pas près à lâché facilement l’affaire.  Il se tourna et chercha des yeux un élément qui en principe allégerait l’atmosphère…Se saisissant d’une bombe anti moustique qui sentait la cerise, il fit de nouveau face à la harpie.

« Maintenant on recule si on ne veut pas redevenir aveugle et ce définitivement. »

Il fit un pas.

« Alors premièrement, je vomis si je veux et ou je veux je suis chez moi. Si j’ai envie de gerbé du whisky pendant une semaine c’est mon problème. »

Il marqua une courte pause.

« Deuxièmement. » Il fit un autre pas. « Je vous avouerais que la dernière « nana » en date, m’a finalement quelques temps plus tard et les événements aidant, accusé de viol. Le tout bien sur avant qu’on m’enferme pour le bien des autres. »

La tension commencé à monter. Et comme à chaque fois, lorsqu’il était lancé, il devenait difficile de l’arrêter.

« Troisièmement, ce n’est pas moi qui me suis occupé de la déco et quoi qu’il en soit mon canapé vous em***de. »

Il se tut une nouvelle fois pendant deux ou trois minutes tout au plus.

« Quatrièmement et dernièrement, si vous me parlé encore d’hospitalité, je m’arrange pour vous faire mangez le paillasson. »

Le jeune homme ferma les yeux et inspira profondément. S’il parvenait à garder son calme cela relèverait du miracle. L’alcool avait recommencé à lui monté à la tête. Ce n’était donc pas le moment de prendre des décisions importantes. Comme décider d’achevé ou non quelqu’un par exemple.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 56
▌Loyers payés : 62


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Ven 11 Oct - 15:50






Clutching my cure. I tightly lock the door.
I try to catch my breath again....




« Vous avez un avis bien négatif sur le tricot. Une mauvaise expérience sans doute ?  ». A cet instant précis, Mama fut prise d'une image agaçante pour ne pas dire impossible. En effet, que serait Mama avec un tricot dans les pattes ? Oh l'horreur, misérable image, piteuse imagination, foutaise sans nom, connerie moderne, du grand n'importe quoi ! Oh le con ! Oui Mama se permet de le traiter de petit con, avez-vous essayer d'imaginer Mama dans un fauteuil de vieille avec un tricot et une pelotte de laine ? Non mais « Allô » ! Allô Allô Allô même ! Autant laisser tomber une liste sans fin d'injures pour parfaire et appuyer cette affreuse idée qui, je vous le conseille fortement, ferait mieux de sortir immédiatement de votre petite tête ! Où en étais-tu Mama ? La tendance n'est pas à l'égarement, resaisis-toi pardis ! « Oui, sans doutes, sans doutes, sans doutes... ». « Très bien, alors pas de mots croisés et de distraction de votre âge. » Celui-ci a décidé de visiblement, sortir Mama de ses gongs. D'ailleurs c'était chose faite depuis bien longtemps  et loin d'être fini par ailleurs. « Hey, mon âge c'est comme mon tour de taille, tu ne le connaitras jamais petit alors psht ! Tu la boucle ! ». Non mais pourquoi tant de haine et acharnement à vouloir demander l'âge d'une dame de mon genre ou bien mes occupations personnelles ? Pourquoi pas non plus me demander s'il me reste encore un peu d'envie sexuelle à cette heure-ci ?! Ah Mama, la population a bien évolué et pas en bien... Pauvre de toi Mama, pauvre, pauvre de toi.

Le p'tit gars fit alors menaces à Mama. L'obligeant également à reculer. « Troisièmement, ce n’est pas moi qui me suis occupé de la déco et quoi qu’il en soit mon canapé vous em***de. » Ce n'est qu'à ce moment là mes p'tits que Mama a resurgit sa folie des décombres invisibles et fit preuve de courage pour y placarder son honnêteté instantané. « Oh fort bien fort bien fort bien ! Moi aussi je vous emmerde, canapé ! ». Il fallait que quelqu'un la place à quelque part, Mama l'a fait et c'est tout.  « Quatrièmement et dernièrement, si vous me parlé encore d’hospitalité, je m’arrange pour vous faire mangez le paillasson. » « Ah oui, à ce propos ! Votre paillasson n'est pas très aligné à votre porte d'entrée. P'tit gars, a t-il un goût sucré, salé, épicé.. ? Suivant la saveur, on peut s'arranger pour le manger ensemble ma fois ? ». Comme on ne peut pas arrêter Mama dans sa lancée, autant s’accommoder à son répondant et reprendre le fil de la conversation avant de se perdre dans les néants de sa folie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 941
▌Loyers payés : 633
Age : 28
Localisation : Dans ton...


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   Dim 13 Oct - 20:24

PV : Stefan + Mama
Open your eyes ~





Il souhaitait simplement qu’elle sorte. Cette vieille femme agaçante au possible devait s’en aller très vite sans quoi il allait commettre un nouveau meurtre. Stefan réfléchissait justement à la meilleure façon de planquer son vieux cadavre, * Sous le tapis ? Hum…non. Entre les coussins du canapé ? Non, non plus * quand celle-ci ce décida à lui répondre.

« Hey, mon âge c'est comme mon tour de taille, tu ne le connaitras jamais petit alors psht ! Tu la boucle ! »

Croisant les bras, la bombe toujours en main, prête à servir, il dévisagea la grand-mère.

« Qu’on se comprenne bien, je ne veux en aucun cas savoir votre tour de taille, votre poids ou quoi que ce soit d’autre de ce genre. Soyez gentille, ne me redonnez pas envie de vomir. »

*Bon qu’est ce qu’elle fait elle sort ou pas ?...Ou pas j’ai bien l’impression* pensa t’il.

Il soupira.  

*Si je lui referme la porte dessus…peut-être que…non ?*

C’était une dame d’un âge avancé certes, mais ce n’était pas vraiment un cadeau.

« Oh fort bien fort bien fort bien ! Moi aussi je vous emmerde, canapé ! »

Le jeune homme hésita, devait il se mettre à pleurer ? Ou en rire ? Il ne savait quoi en penser.

« Ah oui, à ce propos ! Votre paillasson n'est pas très aligné à votre porte d'entrée. P'tit gars, a t-il un goût sucré, salé, épicé... ? Suivant la saveur, on peut s'arranger pour le manger ensemble ma fois ? »

*Je ne dois pas l’a tué, je ne dois pas l’a tué…Mais vu l’état…qui s’en soucierai ? Hum ??...Non mais non je ne dois pas…*

Il se mordit d’abord la lèvre, puis avança de nouveau, forçant de fait mathusalem à reculer.

«Vous savez quoi, je vous l’offre. » Il se pencha vers la porte encore ouverte, saisit le paillasson et le colla dans les bras de son invitée. « Mangez le, accrochez le chez vous, faites ce que vous voulez mais partez. »

L’ex-détenu regardait cette femme, plantait là au milieu. Il secoua la tête. Non il ne pouvait décemment pas l’attraper la jeter dehors et refermer tout à double tour…Et pour cause, la masse de l’antique ancêtre lui paraissait trop importante. Découragé, il retourna dans son canapé et reprit le whisky, un de ses meilleurs et unique ami. Il fit un sourire à la bouteille et s’allongea de tout son long. Quelques secondes s’écoulèrent, quelques minutes. Il ferma les yeux et somnola.

« Je vais vous mettre un coup de pelle derrière la tête entre les oreilles si vous ne partez paaaaaas. »

Il se redressa  dans son divan et jeta un regard noir à la grand-mère. C’était décidé, si ce coup ci, elle ne pliait pas bagage, il sortait le couteau de cuisine et l’a transformée en kebab pour le serpent du voisin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Clutching my cure. I tightly lock the door.I try to catch my breath again...(Mama)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Synécure à la française
» [LEGO] Après Mega Blocks : Best Lock
» LOST Lock et Ben
» errata pions pour Lock 'n Load
» Regles Lock'n Load

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DINGO STREET :: Immeuble :: Etages : du 11ème au 15ème.-