AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
OUVERTURE LE 04/05. Un petit message de soutiens ? A faire sur Bazzart et PRD. Et un petit vote sur le TI Top et sur le Top site obsession. Merci ♥️
Le staff souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année, à tout le monde <3

Partagez | .
 

 DON'T STOP THE MUSIC ► Siobhan et Emilie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


▌Nombre de cartons : 236
▌Loyers payés : 182
Age : 26
Localisation : Dans ma baignoire.


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: DON'T STOP THE MUSIC ► Siobhan et Emilie.    Sam 1 Fév - 14:09



DON'T STOP THE MUSIC
Rivalité des coeurs ▽ Et jeux de mains, jeux de vilains !




Deux semaines. C'était le deal. Spencer a respecté les règles et, à sa grande surprise, Siobhan aussi. Le simple fait que la jeune femme se soit sentie victorieuse fut un véritable calvaire. Du moins, entrevoir sa tronche espiègle et cette bouille aux longues babines étirées en un ' Je t'ai bien eu, connard', les lui brise sévère. Mais au fond, une paix paisible avait alors frappée à sa porte. Et ça, c'est le pied. Pourtant, en deux semaines, entre les livraisons et les activités extra-professionnelles, le brun roux a largement eu le temps de préparer sa petite partie. Ou Vendetta. Faut voir. Un moyen pour se détendre, et pour continuer de prétende qu'il a .. Ne serait-ce qu'un semblant de vie sociale. Dite vie sociale qui s'en est mangée un méchant coup dans la gueule après son incarcération. Juste un peu. Peut-être bien qu'il ne connaît pas vraiment la moitié de ces gens. Certains s'incrustent via l'invitation d'un proche, et d'autres encore, via l'invitation de l'invité d'un proche. Un putain de cercle infernal. Un cercle infernal qui a du bon, considérant les nanas qui pointent le bout de leurs jolies petits nez. Le mode chasse est activé, Spencer compte bien en choper une dans le feu de l'action. Qu'il croit, car tandis que d'un air nonchalant, l'ex-taulard aligne quelques gobelets et pack de bières, l'un de ses rares potes de boulot court déjà vers lui, gueule grande ouverte.  

" - T'as vu ? T'AS VU ! Qu'il braille comme un couillon, le Riley.  Gigotant les bras et décrochant sa mâchoire. Avec son menton avenant et ses boucles brunes, ses petits kilos en trop et ses airs de geek, il a l'air d'un pecno de nerd. Mais il est sympa. Et il a toujours des clopes avec lui.  

Et pour toute réponse, Spencer hausse un sourcil.

- La bonasse blonde là, en face de chez toi ! S'énerve Riley en agitant les mains à plat devant lui, agitant les doigts tout en mimant un geste obscène.

Techniquement, ça le fait toujours marrer. Sauf que là, il parle de sa voisine. La garce blonde, c'est Siobhan. La dite peste qui semble passer sa vie à concevoir des plans machiavéliques destinés à lui mener la vie dure.  

- Et alors ? Qu'il rétorque d'un ton bourru avant de choper la clope planquée derrière son oreille, se dirigeant vers la fenêtre tandis que de nombreux 'invités' pointent déjà le bout de leurs nez.

- Attends, elle vit en face de toi, et tu l'as pas pécho ? Baragouine le gros Troll.

Et à l'homme de lever les yeux au ciel, plongeant la main dans sa poche pour en extraire son briquet, clope entre ses babines fines.

- Nan, je l'ai pas 'pécho', Riley. C'est une vraie conasse et je te déconseille de t'approcher d'elle. Y a des tas de belles paires de guibolles dans mon salon là. Arrête d'aller fouiner sur l'palier !  

- T'es qu'un gros trou du cul, tu l'sais ça ? Rebondit presque aussitôt le geek sur pattes, tournant les talons avant de filer vers la salle déjà pleine. Dans la cuisine, un petit couple se bichonne déjà, semblant très … Investit, dans un échange de salive. Ok, pourquoi il a invité n'importe qui déjà ? Ah oui, pour baiser un coup, sans se sortir le cul de chez lui.

Noble est la cause !  


A travers le mur de la cuisine, un son de soupe populaire brise l'air déjà chaud. Voilà, les choses vont vraiment commencer maintenant ! Ses lèvres aspirent goulûment le bâton mortel, et Spencer jette le mégot qui laisse une fine pluie d'étoiles de cendres dégringoler les étages. Enfin, le rez-de chaussée.

- Ah, au fait ! Clame une voix forte dans son dos, tentant de masquer les bruits de cris et de basses.

- Quoi ? A peine une oeillade jetée par-dessus son épaule alors qu'il ferme la fenêtre.

- La blonde là, y a des gens qui rentraient chez elle aussi ! Pleins !

- QUOI ?!

Mais a peine a-t-il le temps de digérer l'information que Riley décampe déjà, bière à la main et sourire aux lèvres.  Elle a forcément vu le mot ! Le mot qu'il avait laissé une semaine plus tôt à l'entrée du bâtiment, stipulant clairement qu'une fête aurait lieux à l'étage. Ses doigts se serre et se desserre, tandis qu'il se précipite hors du salon bondé. Certains dansent déjà, se collant ou se dandinant en rythme alors qu'une main fine agrippe le col de sa chemise noire. Un coup d'œil et il jauge la femme qui l'agrippe … Il la connait ? Hm, non. Le temps d'évaluer le tableau et il lui adresse un sourire immense, ses dents éclatantes et presque carnassières lui donnant un air avenant et séducteur. Mais il a un truc à vérifier.

- Toi, bouge pas ! Susurre Spencer à la petite brune, frôlant le coin de sa mâchoire de ses longues mains robustes. Et de se pencher légèrement pour lui marmonner à l'oreille. Prends-toi un verre, j'arrive. "

Et voilà le travail, elle est déjà écarlate. Trop facile …  

Dès lors qu'il tourne les talons, son sourire disparait presque aussitôt. Donnant un effet plutôt comique à son faciès. Putain, si elle a osé faire ce qu'il croit, elle va vraiment prendre cher. Spencer dépasse plusieurs têtes, pas difficile, vu le gabarit de la bestiole aux grandes guibolles. Et lorsque sa main s'abat sur la poignée, ouvrant alors la porte d'un geste vif, le spectacle qu'il affronte lui chauffe le sang. Des tas de têtes s'engouffrent dans l'appartement d'une Siobhan … Vêtue de façon presque outrageuse.  

Elle a osé.


(c) AMIANTE




U.C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


▌Nombre de cartons : 852
▌Loyers payés : 1010


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: DON'T STOP THE MUSIC ► Siobhan et Emilie.    Mar 4 Fév - 20:03



DON'T STOP THE MUSIC
Rivalité des coeurs ▽ Et jeux de mains, jeux de vilains !
Deux semaines sans pouvoir faire tout le boucan que je veux, c'est long. Très long, même. Un peu plus, et je commençais à mettre des croix sur le calendrier, dans l'attente de la date. Heureusement, le temps est passé beaucoup plus vite que je ne l'aurais imaginé. Et puis ... J'ai eu moins eu le temps de mettre en place un plan ... Mortel ! Il faut rattraper les deux dernières semaines, et je compte bien le faire, dès ce soir ! En même temps, il l'a cherché ce con. Jusqu'à la semaine dernière, jour de la découverte de sa foutue annonce, je n'avais pas songé un seul instant à ce que j'allais pouvoir mijoter le jour J. Pour une fois, il a lancé les hostilités le premier. Et je compte bien lui faire payer. Je ne m'appelle pas Siobhan Fitzgeral pour rien, et il va le découvrir ! De manière beaucoup plus fine que lui -faut dire que la délicatesse, ça a pas l'air d'être son truc-, j'ai donc organisé ma propre fête. Dans mon appartement, avec mes amis, plus ou moins lointains. En fait, je me fiche pas mal de qui sera là ce soir. Tout ce que je veux, c'est pourrir la soirée de Hopkins, et lui montrer que je ne me laisserai pas faire. Pas maintenant, pas après tout ce temps. Comme si je pouvais juste baisser les bras et le laisser gagner. Ahah, plutôt mourir ! J'ai donc passé une bonne partie de l'après-midi à mettre tout ça en place, à disposer ça et là des enceintes, des amuses-gueules, divers alcools aussi. J'ai même eu le temps de ranger mon appartement de A à Z, c'est dire à quel point j'ai passé du temps sur cette soirée ! Elle a intérêt d'être parfaite ... Enfin ... Elle le sera de toute façon. Tout ce que je veux, c'est voir la gueule de déterrée de Hopkins quand il se rendra compte de tout ça.

Parce que je ne doute pas un seul instant qu'il ne s'attend pas à ce que sa petite soirée soit doublée. Bon, je ne sais pas exactement combien de gens iront chez lui, combien viendront chez moi, mais l'essentiel ... C'est qu'il y en ait quelques uns dans mon appart'. Après, le reste, je m'en fiche pas mal. J'ai même proposé à quelques voisins de venir à ma soirée, plutôt qu'à celle de Hopkins. On m'a toujours dit que j'avais une très grande capacité à manipuler les gens, et à leur faire faire à peu près tout ce que je veux ... J'en ai eu la preuve, à une ou deux reprises. Ne reste plus qu'à espérer que Lou-Ann et Naël aient, comme je le leur ai demandé, proposé à bon nombre de leurs proches de se joindre à nous. Oooh j'ai hâte ! J'ai eu bien du mal, ces derniers jours, à garder la face. Je mourais d'envie de me poster en haut des escaliers et de hurler à quel point j'avais hâte d'être à ce soir. Par miracle, j'ai réussi à rester sereine, et patiente. Jusqu'au bout. Mais maintenant, je ne peux pas m'empêcher de sautiller à moitié de mon appartement, de siffloter, tout en faisant les derniers préparatifs. Je suis certaine que mon plan va fonctionner à merveille. Une fois l'appartement prêt, je vais prendre une douche, m'habiller, me coiffer et tout ça, histoire d'être parfaite pour la gue-guerre qui va avoir lieu ce soir. Parce qu'à n'en pas douter, tout ça va faire un boucan monumental ... Une chance que Hopkins ait mis les voisins en garde. De cette façon, rien ne m'empêchera de hurler, de chanter, et même de mettre la musique super forte. Ce soir, les deux semaines s'achèvent ... Pour mon plus grand plaisir.

Rapidement, les premiers invités arrivent, et s'infiltrent dans mon appartement. Pour plus de facilité, j'ai laissé la porte ouverte, histoire de ne pas avoir à me déplacer à chaque fois que quelqu'un sonne. En contre-partie, j'ai le droit à un accès presque immédiat à la petite fête de Hopkins, et notamment à la musique qu'il laisse tourner ... très fort. Les premiers invités ayant déjà pris leurs aises, je vais mettre en route la playlist concocté spécialement pour ce soir. Un truc mélangeant des titres pas spécialement à mon goût, mais parfait pour mettre de l'ambiance ; en passant par du Martin Garrix à du David Guetta. Bref, je me sers un verre de vodka-orange - un puuuur délice, surtout dans ces conditions -, et vais m'installer à proximité de la porte, pour que je puisse avoir une bonne vue sur la porte de Hopkins. A n'en pas douter, il tardera pas à débarquer, pour venir constater les choses de lui-même. J'en profite, bien sûr, pour saluer toutes les personnes qui passent devant moi, avant de filer à l'intérieur. En grande majorité, des gens que je ne connais pas ou, en tout cas, dont je ne connais pas même les prénoms. Des têtes familières, de parfaits inconnus mais ... Je m'en contre-fiche. Le fait est là : j'ai réussi mon pari, et je suis sûre que Hopkins va rager. C'est tout ce qui compte. Large sourire aux lèvres, je tourne pour la énième fois la tête en direction de l'appart' voisin, et me retiens d'exploser de rire face au spectacle qui se joue de moi. Hopkins, une gueule de six mètres de long, me détaille du regard, avant de s'arrêter sur les gens qui entrent encore. Je savais bien que ma robe -ou bout de tissu, au choix- ferait son effet. Un sourire hypocrite aux lèvres, je lève le verre dans sa direction comme pour porter un toast. Moi, provocatrice ? Mais pas du tout, voyons. Pas besoin de dire quoi que ce soit ... Les faits sont là.
(c) AMIANTE




    happiness is hiding behind you


    Bright eyes, where do you wander on this dark night ? Angel eyes, why do you leave when it's just right ? Always deceive me, then you take flight, no need to worry for a while. Same morning, pick up the pieces and then keep walking away from your lies and all your sweet talking.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    avatar


    ▌Nombre de cartons : 1170
    ▌Loyers payés : 608


    Notes à soi-même
    Choses à faire:
    Répertoire téléphonique:

    MessageSujet: Re: DON'T STOP THE MUSIC ► Siobhan et Emilie.    Ven 7 Fév - 17:07


     


     
    ❝ spencer x siobhan x emilie

     
     don't stop the music !

    « Yes ! » La jeune fille fit un geste victorieux un peu trop brusque, effleurant de peu son père qui se recula d'un coup. « Euh, pardon P'pa ! » lança-t-elle en s'esclaffant. « Fais attention, Ems, je peux encore dire non. » Elle s'immobilisa brusquement, son regard fixé sur l'homme. Il était bien trop sérieux à son goût. Elle déglutit difficilement et s'éclipsa dans sa chambre avec des gestes calculés après avoir laché un « Oui Papa, » obéissant. Mais une fois dans sa chambre, elle se déchaina, sautillant dans tous les sens et lachant des petits couinements. Elle avait la permission de deux heures ! Deux heures du matin !
    Le fait que la soirée se trouvait au sein même de l'immeuble avait probablement jouer en sa faveur, ainsi que la promesse d'Emilie de ne pas faire d'excès. Ses pères savaient qu'elle avait quinze ans, qu'elle approchait dangeureusement de son seizième été, et ils avaient longuement hésité sur l'attitude à adopter. Mais ils avaient été jeunes et l'étaient encore à leur manière. Ils préféraient partager avec elle les expériences traditionnelles de l'adolescence, et veiller sur elle, plutôt que de lui interdire en bloc tout un tas de choses qu'elle chercherait malgré tout à vivre en échappant à leur chaperonnage, ce qui était bien plus risqué. Ainsi, la rouquine pouvait boire à cette soirée, mais elle devait leur promettre d'arrêter avant de franchir la ligne jaune. Pas la ligne rouge, pas la ligne orange, bel et bien la ligne jaune. Si elle avait d'abord grogné de mécontentement face à cette règle un peu stricte, la coolitude de ses parents l'avait rattrappé et elle avait accepté. Et comme ils roderaient probablement dans les alentours, elle n'avait pas intérêt à désobéir.

    Vêtue d'un legging mordoré, d'un t-shirt large qui dévoilait presque le bas de son ventre, et de baskets noires et blanches, ornées d'une grosse étoile en strass, la française dévalait les escaliers vers le premier étage de Dingo Street. Un large sourire étirait ses lèvres : la musique montait déjà jusqu'à ses oreilles. Elle se souvenait encore quand Siobhan l'avait informée qu'elle allait héberger une fête telle que Dingo Street n'en avait jamais connu. Elle était dans un tel état de fureur quand elle avait découvert la première attaque de Hopkins après les deux semaines de trêve... qui n'avait fait que confirmer à l'adolescente qu'il se passait quelque chose entre les deux voisins. Après tout, n'avait-on pas l'habitude de dire qu'entre l'amour et la haine, il n'y a qu'un pas ? Une lueur malicieuse traversa ses iris tandis qu'elle arrivait sur le palier du premier étage.
    Le tableau sur lequel elle tomba manqua de la faire trébucher tandis qu'elle s'étouffait de rire, un pied sur la dernière marche, l'autre en suspens, les deux mains cramponnées à la rampe. En chien de faïence, Siobhan et Spencer s'observaient d'un œil mauvais, tandis que deux files d'invités à l'aspect semblable se faufilaient au même rythme dans les deux appartements. Deux musiques dissonantes sortaient de chaque tanière, le tout formant un mélange étrange dans le couloir. Quand elle eut réussi à reprendre ses esprits, la rouquine descendit au bas des escaliers. Après avoir hésité un instant, elle fit un signe de la main et un grand sourire en direction de l'homme avant de se diriger en riant à nouveau vers l'appartement de la blonde. Elle le connaissait désormais plutôt pas mal, pour y avoir passé la moitié de son temps libre à jouer à la Wii avec Siobhan et à fomenter avec elle des complots visant uniquement à emmerder le voisin. Elle se hissa sur la pointe des pieds pour déposer une bise sur la joue de son amie. Elle lança un nouveau regard derrière elle et croisa l'expression ahuri de l'ancien détenu. Elle partit à nouveau d'un grand éclat de rire, sous les regards interrogatifs des invités qui arrivaient.

    made by MISS AMAZING.


    hey yeah yeah, if we give a little love, maybe we can change the world (change the world), i said, hey yeah yeah, sing it if you're with me, all you boys and all you girls (all you girls).
    let me see you put your hearts up
    (gif tumblr/code northern lights.)
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    avatar


    ▌Nombre de cartons : 236
    ▌Loyers payés : 182
    Age : 26
    Localisation : Dans ma baignoire.


    Notes à soi-même
    Choses à faire:
    Répertoire téléphonique:

    MessageSujet: Re: DON'T STOP THE MUSIC ► Siobhan et Emilie.    Jeu 13 Fév - 20:36



    DON'T STOP THE MUSIC
    Rivalité des coeurs ▽ Et jeux de mains, jeux de vilains !





    Oh la garce. Pétasse. Diablesse aux jambes fuselées. Eh, mais c'est qu'elle est bonne la morue. Le brun/roux serre les dents, faisant craquer son cou discrètement, un gout âpre au bout des lèvres. Une envie de lui gerber ses insanités obscènes en pleine gueule. Un verre, vite, il a besoin d'un verre ! Dans l'étroit boyaux aux couleurs criardes, les musiques à vomir se mélangent. Les consonances sont plus que louches. Techno-pop-dance sur fond de voix criardes, ou graves. Il imagine très bien la 'chanteuse' qui braille dans l'appartement de Siobhan se dandiner, la bouche en cul de poule et le fion à l'air. Comme elle, là. La blonde à la bouille triomphante lui lance un regard victorieux, fier et orgueilleux. Si elle pense seulement l'avoir comme ça … La boule de nerfs inspire et expire silencieusement par le nez. Non, il ne doit surtout pas faire ça. Est-ce qu'il pense être au bout de ses peines ? Bah voyons … Juste au moment de tourner les talons, une grande tige maigre trottine joyeusement jusqu'à Siobhan, lui offrant un immense sourire. Ses lippes venant se plaquer fièrement sur la joue blushée de Fitzgerald. Médusé, l'ex-taulard lance un regard glacial à la femme et la gamine. Qu'est-ce qu'une gosse fout à une putain de fiesta ? A voir les tronches des invités qui s'amassent dans le petit appartement, ça pue la déprave. Comme chez lui.  

    "- Mignone la rouquine. Balance une voix dans son dos. Et a en juger par l'air soudain courroucé de propriétaire des lieux, l'accusé – Qu'il ne connait même pas – détale dans l'entre de l'homme ours. Sûrement convaincu que c'est finalement pas une bonne idée, de baver comme un chacal en rut sur une gamine. Se disant que, pourquoi pas, il s'agit peut-être de sa petite sœur, sa nièce, ou qu'est-ce qu'il en sait.

    Mais non. C'est rien que la gamine qui, quelques jour avant, était venu lui briser les boules au supermarché. Pour un putain de légume. Et pour raconter une histoire ' trop méga rigolote de la vie de la mort qui tue' à la blondasse qui squatte en face de chez lui. AH LA SALOPE. Mais rien. Il ne dit rien. Spencer décrispe son masque de glace, se disant que la bonne vielle méthode est cette fois le plan le plus intelligent. Et, une nouvelle fois, c'est avec provocation qu'elle lève un verre en l'air, l'affligeant d'un sourire faussement affable. Ah, tu veux jouer à ça … Et contre toute attente, le roux étire ses grande babines. Une rangée de dents d'un blanc surprenant, pour un gros fumeur comme lui, étincèle sur sa bouille au regard rieur. Un sourire carnassier. Et à l'odieu connard de s'avancer vers elle, jusqu'à la frôler. Sans pour autant la toucher.

    - Qu'est-ce tu fais pas pour faire ton intéressante, ma pauvre. Et du plat de son immense patte, il s'appuie sur le mur à côté d'elle. Baissant légèrement le menton pour cracher ses saloperies mielleuses. Jolie culotte. Qu'il gronde d'une voix rauque. Habituellement réservée à … ses petites proies.

    Et il a même pas bu. Pas encore. C'est prestement qu'il se tourne, s'élançant fièrement jusqu'à son appartement bondé. Allant même jusqu'à remuer en rythme, et disparaître. C'est bien la première fois qu'il joue à ce petit jeu-là avec elle. Et alors qu'Hopkins semble mettre un terme aux hostilités. Le vomi auditif de sa chaîne hi-fi grimpe de volume. Faisant presque vibrer les murs.Y s'en fout. Il a laissé un mot ! Et quelques minutes plus tard, le pote Geek s'extirpe de l'appartement pour venir frapper à la porte d'en face.

    -Dites, j'peux venir ? Ce mec est un vrai connard ! "

    (c) AMIANTE




    Ps : Le pote geek de Spencer. C'est une taupe qui surveille Emilie. A la demande de Spencer. What a Face


    U.C


    Dernière édition par Spencer J. Hopkins le Mer 5 Mar - 7:41, édité 1 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    avatar


    ▌Nombre de cartons : 852
    ▌Loyers payés : 1010


    Notes à soi-même
    Choses à faire:
    Répertoire téléphonique:

    MessageSujet: Re: DON'T STOP THE MUSIC ► Siobhan et Emilie.    Mar 4 Mar - 23:46



    DON'T STOP THE MUSIC
    Rivalité des coeurs ▽ Et jeux de mains, jeux de vilains !
    Il n'est pas bien difficile de deviner que je suis ravie -ce qui est un bien faible mot- de tout cela. Je suis même carrément satisfaite, et fière de moi, en réalité. Parce que je viens de mettre en place un coup de maître, une idée qui relève du pur génie. Ce n'est, sans aucun doute, pas Spencer qui dira le contraire. Au vue de la tête qu'il tire depuis quelques minutes déjà, il est carrément furax. Il essaye sans doute de ne pas le montrer pour ne pas me satisfaire plus que de raison, mais je m'attends à tout instant à le voir cracher du feu. Mouarf mouarf. Je suis à deux doigts de mettre à sauter de partout, ou même d'exploser de rire face à la mine ahurie de Hopkins mais ... Emilie interrompe, ce qui me fait presque -oui, presque, faut pas non plus trop m'en demander- oublier mon vrai problème actuel. C'est qu'il y a quand même un sacré paquet de gens qui va chez lui, plutôt qu'à ma soirée. Mais bon ... Contrairement à moi, il a pu prévenir de sa petite sauterie des jours auparavant. Alors que j'ai dû me contenter d'inviter les amis des amis des amis, etc ... Enfin bref, ça ne m'empêche pas d'être foutrement fier de tout ça. Et atrocement contente qu'Emilie ait bel et bien pu se libérer. ça n'en sera que meilleur.

    Je lui souris largement, et pose ma main sur son épaule, une fois qu'elle est à ma hauteur. « Je suis contente que tu ais pu venir. » Je lui dis, toute excitée, avant de lancer -très discrètement, bien sûr- un regard en direction de Hopkins. Qui vient vers nous. Et se plante devant moi. Il a pas encore compris que je ne le laisserais pas avoir le dernier mot ? Hors de question de la fermer. Surtout pas face à lui. Je bronche même pas quand il réduit encore un peu plus la distance entre nous. Comme si pouvais être troublée, franchement. Merde. J'ai pas le temps de répondre à sa première pique, qu'il lance déjà une deuxième vacherie. Ma culotte, hein ? Comme s'il pouvait avoir vu quoi que ce soit ! Je hausse les sourcils et n'attends pas, cette fois-ci, qu'il soit trop loin pour lancer : « Tu te trompes ... J'ai pas de culotte ! » Je grogne, mécontente, puis me tourne de nouveau en direction d'Emilie. C'est pas ce connard qui va me gâcher ma soirée. Je ne le laisserai pas faire ! Je m'efforce de sourire à Emilie, et la fait entrer avec moi dans l'appart'. Les gens ont cessé d'arriver, pour l'instant en tout cas. Et c'est pas plus mal, parce que c'est déjà le chaos dans mon salon, et sans doute d'autres pièces.

    Mais je ne suis pas certaine de vouloir connaître tous les détails. Et hors de question que je dorme mes draps, qui auront servi à je ne sais pas trop qui en cours de soirée. Il faut juste que je garde un oeil sur Emilie. Elle est trop jeune pour tomber sur certaines scènes et je vais faire en sorte que cela n'arrive pas. Je m'en voudrais toute ma vie, le cas échéant. Quand un type -apparence négligée, air de gros nerd- vient insulter Hopkins, et concrétiser tous mes espoirs. Ahah ! Il préfère ma soirée à la sienne. En même temps ... Qui aurait le courage de supporter Hopkins plus longtemps que nécessaire ? Hormis les quelques filles en chaleur que j'ai pu voir entrer dans son appart', s'entend. « Putain, mec, tu connais le mot de passe toi ! » Je lâche, toute souriante, et sans doute un peu trop confiante. Qui pourrait se méfier de lui, sérieux ? Il a pas du tout l'air du type manipulateur et prêt à exécuter tous les ordres de Hopkins. Quoi que. Ce dernier a l'air parfaitement capable d'engager des sbires. Enfin bref, je souris à mon nouveau meilleur ami de tous les temps (genre BFF quoi), et l'embarque, avec Emilie, vers la longue table, où sont disposées diverses boissons. « Qu'est-ce que je vous sers ? » Je demande, toujours aussi excitée mais ... Incapable de m'empêcher de regarder en face, là où Hopkins fait on ne sait trop quoi. « J'ai envie d'aller voir comment gâcher sa soirée. Vous en êtes ? » J'ajoute presque aussitôt, plus capable de refréner mes envies folles. Quoi ? Tout ce que je veux, c'est lui pourrir la vie. C'est clair comme de l'eau de roche, non ?
    (c) AMIANTE




    Spoiler:
     


      happiness is hiding behind you


      Bright eyes, where do you wander on this dark night ? Angel eyes, why do you leave when it's just right ? Always deceive me, then you take flight, no need to worry for a while. Same morning, pick up the pieces and then keep walking away from your lies and all your sweet talking.
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur





      Contenu sponsorisé
      MessageSujet: Re: DON'T STOP THE MUSIC ► Siobhan et Emilie.    

      Revenir en haut Aller en bas
       

      DON'T STOP THE MUSIC ► Siobhan et Emilie.

      Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
      Page 1 sur 1

       Sujets similaires

      -
      » Stop tout !!!
      » [Stop-motion] Bionic-Nico Production
      » [Stop-Motion] War of Bohrok !
      » [Stop-Motion] JEDIMASTER134 Production
      » [Stop-Motion] Projet: univers wars

      Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
      DINGO STREET :: Immeuble :: Etages : du 1ier au 5ème.-