AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
OUVERTURE LE 04/05. Un petit message de soutiens ? A faire sur Bazzart et PRD. Et un petit vote sur le TI Top et sur le Top site obsession. Merci ♥️
Le staff souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année, à tout le monde <3

Partagez | .
 

 Sweet Dream - JAC [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar




Invité
MessageSujet: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 20:58

Joakim Andrew Copeland

J'me présente, je m'appelle Henri...

Bonjour à toi ô grand peuple de Dingo Street ! Donc, je me présente, moi c'est Joakim, et vu qu'on est intimes, toi et moi, tu peux m'appeler Jo, c'est pas plus mal ! Puis que tu tiens tant à le savoir, j'ai 29 ans, bah oui, je suis né(e) le 21 octobre. D'ailleurs, sache que je suis originaire d'Angleterre. Au fait, je dois t'avouer quelque chose de plutôt privé... je suis Hétéro, y aurait-il, éventuellement, des intéressé(e)s ? Oui, je suis Célibataire. On dit souvent que je suis Impulsif, travailleur, déconneur, à l'ouest, méfiant, charmeur, fouineur, artistique, cultivé, grande gueule, persévérant, littéraire, fourbe, débrouillard, gamin et hyperactif, c'est d'ailleurs peut-être pour cela que j'exerce le métier de Photographe et Journaliste. Et puis... Je ne suis pas chez les Un peu beaucoup très à mort fou pour rien, hein !  Sinon, on me compare souvent à Matthew Gray Gubler.. Vous trouvez que je lui ressemble, vous ?


Si un de tes voisins se pointe chez toi, tout sourire, rentre dans ton humble demeure sans invitation, et veut te piquer ton tout dernier ©kinder bueno, comment tu réagis ?

Rentres, viens, aucun problème, fais comme chez toi je t'en pris. Mon dernier Kinder Beno ? Mais vas-y, prends le ! Si ça me gène ? Non absolument pas, en revanche tu pourrais me laisser ton nom, prénom et numéro de sécurité sociale ? Pourquoi ? Non rien de grave, je fais juste une étude sur les personnes se faisant égorger suite au vole d'un Kinder Bueno chez un voisin qui ne vous a pas demandé de taper l'incruste chez lui. Quoi ? Menaçant ? Absolument pas, mais dans le doute, pose ce Kinder, fais demi-tour et ne reviens plus jamais ! Jamais..


Si des gens se mettent à danser tous en même temps devant toi dans les locaux de ton assurance, tu fais quoi ? Tu les rejoins ? Tu les regardes d'un air hautain ? Ou tu prends la fuite comme un dératé ?

Le plus simple étant de prendre une photos des employés en action, déjà car je pense qu'il doit y avoir un bon nombre de cliché intéressant, et aussi car on ne sait jamais, j'aurais peut-être besoin d'un petit coup de pouce de mon assureur si jamais je viens à enfoncé ma voiture dans un arbre suite à un retour de boite assez violent. Et quoi de mieux que le chantage pour pas se prendre un malus ? Plus sérieusement ? Oui, je prendrais une photo pour immortalisé le fait que le monde peut-être fou, sans pour autant être mauvais.


Si tu te retrouves face à face avec un loup (ou un voleur, appelons-le comme on le veut), t'as suffisamment de forces pour le combattre ou tu as oublié tes trois produits laitiers par jour ?

Pas de violence, c'est les vacances ! Ok, si jamais il venait à grogner un peu trop, je pense que je pourrais me risquer à lui donner une claque retourné en pleine face ! Après tout, quand on garde un âge mentale proche de huit ans, le lait c'est important, alors je défis quiconque de vouloir me péter les dents, car mon tibia c'est du béton, enfin plus exactement de l'os, mais de l'os dure, le genre qui va pas casser si je viens à manger une bordure avec un skate, vous savez, le genre de chute conne, mais qui fait bien mal ! Quoi c'était pas le sujet ? Ah oui, le loup ?! Je lui pète les dents.


©Red Bull te donne des ailes ou tu n'as pas besoin de ça ?

C'est cool de décoller, mais je préfère garder les pieds sur terre et puis, je suis déjà assez accros à la caféine, pas besoin de me rajouter un truc qui risquerait fort de ne pas me faire dormir de la semaine. Je suis déjà assez énervé au naturel, pas la peine de me doper ! Et puis, c'est plus sympa de voir des cochons roses voler dans le ciel, ça a quelque chose de psychédélique que mon propres décollage ne pourrait pas m'offrir.


Selon toi, c'est quoi le pire : mourir ou se faire expulser de l'immeuble pour mauvaise conduite ?

J'ai une question ! Quelle mauvaise conduite pourrait entrainer une expulsion ? Je veux dire à moins de violer tout l'immeuble et de se balader avec des cheveux scalpé directement à la source, je vois pas. Enfin passons, disons que j'ai un minimum conscience que mourir serait plus chiant socialement parlant que se faire expulser, mais lorsque vous avez toute votre vie quelque part, c'est difficile de s'imaginer devoir partir et recommencer à zéro, là ou personne ne vous connaîtra jamais assez qu'ici.


Tu préfères quand, dans l'immeuble, c'est un peu trop plus moins calme, ou quand c'est un peu trop beaucoup pas du tout calme ?

Le silence c'est quoi ? Franchement, j'ai été habitué aux bordels des cités étudiantes, cet immeuble c'est un peu pareil, sauf que là, personne ne nous demandera de nous taire. Alors franchement, moins c'est calme, mieux je me porte, comme l'impression que dans ce bordel géant, personne ne pourra jamais m'atteindre, un peu stupide, mais je préfère nettement quand c'est un peu trop beaucoup pas du tout calme. Et puis entre nous, rien n'est tabou dans le bruit.


Quand t'entends du Chopin, tu reconnais la mélodie ou tu penses immédiatement à la musique des Assedic ?

Je reconnais, un peu de culture, mais disons que si je salue le travail du musicien, j'emmerde ceux qui le rendent chiant et inintéressant. Alors oui je sais qui il est, je sais ce qu'il a fait, mais je ferais bien bouffer ses partitions à tout ces abrutis qui nous le passe en boucle sans même prendre le temps de le mettre en valeur. Le classique ça s'écoute, ça s'apprécie, et surtout, ça se fait chez sois, pas au téléphone alors qu'on s'en contre fous.


J'voudrais bien réussir ma vie, être aimé(e)

Camille, alias Kiwi, 21 ans et graphiste qui rp depuis presque 8 ans si je dis pas de connerie. Je tiens à signaler que je suis Dyslexique (C'est pas une excuse bidon, juste une information.), je le vis bien, mais je préfère préciser on sait jamais si jamais je viens à inverser des lettre. Ensuite je vous ai trouvé sur FB, via Zephyr si je dis pas de connerie, ah et code validé par Siobhan




Dernière édition par J. Andrew Copeland le Mar 6 Aoû - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Invité
MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 20:59

This is my story

10 ans, 10 ans que j'avais quitté l'Angleterre au profit des Etats-Unis, 10 ans que je vivais ma vie en quelque sorte. J'étais bien, je savais où j'allais et je n'avais jamais regardé en arrière, pourtant, en octobre de l'année dernière, un élément du passé revient dans ma vie et ce, la vieille de mes 29 ans. Je dois avouer que sur l'instant, j'avais eu du mal à comprendre ce qui se passait, après tout c'était tellement impossible à mes yeux que je n'avais pu réagir autrement.

Je m'en rappelle comme-ci c'était hier. Cela faisait un peu moins de cinq ans que j'étais arrivé à Dingo Street et je dois avouer que je n'avais jamais regretté mon choix. Déjà, j'étais à côté de Zephyr ce qui en soit était sans doute la meilleur chose au monde, mais je m'étais fait une banque d'ami, oui car à ce niveau c'est une banque, incroyable. À croire que je n'étais plus la bête noir de la société comme avant. Quoi qu'il en soit cet immeuble avait changé ma vie et je m'y sentais bien, en revanche, pour toute personne extérieur, l'immeuble devait sembler inapte à toute évolution social, j'en eu la preuve le 20 octobre dernier. Il était presque 21 heure lorsque l'on sonna à ma porte, je m'en rappelle très bien car j'étais encore affalé sur mon canapé à regarder les clichés du ciel que j'avais pris la semaine dernière et qu'une fois la sonnerie retentit, j'avais regardé l'heure, trouvant que cette dernière était déjà trop avancé pour venir squatter et manger chez moi, mais pas assez pour signifier un début de soirée. Je m'étais donc levé, reboutonnant mon jean, car oui c'est mieux sans bouton, et j'étais partie à la rencontre de ma porte. Ouvrant sans même vérifier qui c'était, je tombais nez-à-nez avec mes parents visiblement paniqué et terrifié aux vues des quelques voisins de mon pallier. Les fixants un moment interdit, ce fut mon père qui rentra le premier, me poussant avant de faire rentrer ma mère et de refermer la porte pour souffler un coup. Toujours immobile, je regardais ceux que je n'avais pas vu depuis maintenant une décennie et lorsque mon père cessa enfin de jurer, ma mère manqua de s'évanouir en voyant l'état de mon appartement. Bon ok, ce n'était pas si en bordel que ça, mais disons que j'avais une centaine de cliché de Zephyr placé sur le sol, les murs et le plafond. Le reste étant mon délire de la semaine dernière avec les étoiles. Ma mère s'exprima d'ailleurs très clairement en se jetant dans les bras de mon père.

« Je le savais… Chéri, je le savais, notre fils est gay. Par tous les saints, qu'avons nous fait. »

Explosant alors de rire, je fixais mes parents avant de me dire qu'en effet, si j'avais du être gay, j'aurais sans doute fait ça dans les règles avec Zephyr, quoi que ce soit un peu dégueulasse vu que je le considère comme mon frère, à peu de chose près. Quoi qu'à mon avis, gay ou incestueux n'aurait pas changé grand chose pour eux. Quoi qu'il en soit il me fallut quelques minutes avant de retrouver mon calme afin d'expliquer clairement ce qui venait de se passer, ou plus exactement pourquoi j'avais les photos d'un beau brun ténébreux aux yeux cristal partout chez moi.

« C'est un ami, rien de plus, je cherche juste la meilleur photo possible pour lui donner, je trouve qu'il a un truc et je n'arrive pas à le capturer, du coup je m'acharne un peu. »

« Pourquoi tu fais des photos ?! »

Ah. Il est vrai que je les avais quitté avec le projet de devenir journaliste, mais jamais je n'avais ouvertement évoqué le fait que la photographie puis-t-être aussi une passion. J'avais toujours aimé les livres, de même que j'avais toujours aimé écrire, sauf que le journalisme avait amené la photo et bien que je sois en avance scolairement, il en demeurait pas moins que j'avais encore quelques années à tiré en arrivant sur la terre de l'oncle Sam. Et pour pallier au manque d'argent, j'avais commencé à travailler sérieusement la photo. Enfin passons. Après ce malentendu régler, j'entrepris de ranger tout mon bordel et après quelques dérobades, mes parents décidèrent qu'il fallait me dire la vérité. Ils m'avaient jugé et ne comprenaient pas mon monde, toutefois, il n'avait pas été sans défaut eux-même et bien que je sache leurs passés, ils décidèrent de reprendre les bases en guise de cadeau d'anniversaire. Un niveau Nikon n'aurait pas été mieux ? Visiblement pas.

Que font deux adultes consentant, mais visiblement alcoolisés ? Ils couchent ensembles et quitte à faire une connerie, autant la faire sans se protéger. Ouais, vous l'aurez compris, je suis né d'une erreur et déjà, au moment même de ma conception, j'avais décidé d'être un emmerdeur un poil fourbe. Car oui, quitte à tomber enceinte, autant faire un déni de grossesse non ? Et quitte à faire un déni de grossesse, autant se faire passer pour une gastro bien violente avec à la clé une grosse surprise non ? Mais avant d'en arriver à mon débarquement un peu sportif sur cette terre, revenons à un autre sport, tout de suite moins cher, quoi que plus dangereux. Le sexe. Mon père était à l'époque en dernière année de faculté, avec pour objectif devenir un avocat renommé, du moins, ça c'était l'objectif de ses propres parents, lui, sur l'instant, c'était plus tôt prendre du plaisir et s'étendre dans les bras des autres stagiaire, le tout en fumant quelques joints sur un fond d'ACDC, bref, un jeune juriste prometteur, mais surtout déglingué et franchement, si mon père était resté le même mec, j'aurais sans doute eu l'enfance la plus rock'n'roll du monde. À côté de ça on avait ma mère, elle aussi en dernière année, mais pour devenir Architecte, objectif officiel de ma mère ? Reprendre le cabinet de son père, objectif officieux, visiblement se faire tout le campus. Un basse opinion d'eux ? Non, simplement que j'estime qu'il est aussi important pour vous de connaitre mon histoire, que ses origines, car avec le recule et malgré les coincés qu'ils sont devenu, je suis la copie conforme de mes parents. Anti conformiste, vivant, fumant mon existence par les deux bouts et ne me laissant guider que sur un fond de guitare saturé. Mes parents étaient des vedettes, des stars et ils auraient pu le rester si seulement ils n'avaient pas décider de fêter la fin de leurs examens en s'envoyant en l'air sur un fond de vodka et sous un air de Led Zeppelin. À l'époque, ils ne se connaissaient absolument pas, et je pense même qu'il ne se serait sans doute jamais parlé si l'euphorie d'une fin imminente ne les avaient pas rapproché ce soir là. Mais à présent, et suite à leurs petites galipettes, ils étaient unis et c'est seulement 8 mois après que mon père, comme ma mère, se rappela douloureusement ses activités nocturnes, un peu comme une gueule de bois qui aurait mis des jours et des jours à ressortir, mais une fois réapparu, serait devenu, d'une façon évidente, signe d'une cessation immédiate de toute dérive. Promis, c'est la dernière fois ! Oui, mais la dernière fois de trop. À ce moment là, mon père était devenu un de ces avocats arrogant, jeune et potentiellement canon qui devait leurs réputations à la simple chance qui les guidait. Quant à ma mère, elle travaillait officiellement pour son père, mais elle faisait davantage de figuration qu'autre chose. Quoi qu'il en soit et bien qu'ils ne soient pas exactement à leurs places, ils vivaient leurs vies en pleine insouciance, et c'est à cet instant que je fis mon entrée. Ma mère avait ignoré me porter, et mon arrivait la marqua sans doute plus que jamais étant donné qu'elle accoucha en plein diner de famille au sein de la demeure patriarcal. Une fois la panique passait, il fallut retrouver le coupable pour le marier à la bonne chrétienne qu'étais censé être ma mère et une fois chose faite, mes parents commencèrent à dépérir dans un sens. Ils n'étaient pas fait pour être parent et d'étudiant desinhibés, ils devinrent deux adultes sévère et ne se pardonnant aucun écart. Comme si en fait, ils avaient compris que leurs laisser aller pouvaient réellement les abattre et que donc, il était à présent hors de question de se laisser prendre une deuxième fois. Dans un sens ce ne fut pas plus mal, car mon père devint quelqu'un de fiable et d'honorable alors que ma mère devint enfin l'architecte qu'elle aurait du être et pour ma part ? Disons que si j'avais servis d'électrochoc, mes parents n'avaient visiblement pas encore pris conscience que je n'étais pas simplement un jouet et que malgré ma petite taille, j'étais de leur espèces. Ainsi donc ce fut ma grand mère qui m'éduqua dans les premières années de ma vie. Femme intelligente et forte, elle fut celle qui me prénomma Joakim, dérivé de Joachim signifiant directement : Dieu tiendra sa promesse. Un espoir qu'en portant dieu en mon prénom, j'efface les pêchers de mes parents ? Elle en était capable, mais jamais elle ne l'avoua. Si elle me donna un nom, elle me transmit surtout son amour des mots, et si je mis longtemps à marcher, je sus parler assez rapidement.

De bébé, je devins enfant et c'est à l'âge de cinq ans que mes parents en devinrent vraiment. Sans doute assez mature pour m'assumer, je quittais les jupes de ma grand mère pour celles de ma mère et je demeurais un enfant sage et discipliné. Je dirais même que j'étais en avance pour mon âge. Plus éveillé, plus réactif aussi, j'avais été exposé très jeune à la littérature, au monde et à ses complexités. Un programme sans doute peu amusant, mais qui m'avait guidé, à défaut d'avoir une mère. Et cette avance, cette perception du monde, fit sans doute que je réussis à excuser à mes parents, sans pour autant comprendre parfaitement ce qui les avaient poussé à m'ignorer. D'enfant modèle et silencieux, je devins un peu turbulent à mesure que mon père m'emmenait jouer au parc, de même pour ma mère et finalement, après cinq ans d'échec, l'on devint une vrai famille. Je pense que l'erreur fut commise par moi même, l'erreur de la perfection. En avance, je l'étais, au point de sauter une classe, puis une deuxième, pas grand chose, mais étant de fin d'année, j'accumulais trois ans d'avances sur les autres, un petit rien qui faisait beaucoup au final et ce qui devait arriver arriva, car rentrer au lycée à 12 ans, c'était jamais très bon. Du coup, je pense que je devins adolescent avant l'heure, découvrant le monde, la culture, la musique aussi. Après tout mon père avait des cartons plein de vinyle et moi, je n'attendais que ça pour m'épanouir.

Ainsi donc, pour faire passer le fait que j'étais une tête, je m'inscris à beaucoup de club, histoire de devenir autre chose que le petit, et si j'avais jusque là arboré un style assez vieillot, je devins le parfait lycéen en crise. C'est vers le milieu de mon lycée que mes parents commencèrent à saturer. Entre lecture philosophique et musique de leurs passés, je pense qu'ils crurent me voir reproduire le même schéma qu'eux, sauf que non, j'étais d'avantage dans un délire découverte du monde, un délire au final plus sain. Bon à l'école et malgré tout gentil garçon, il n'y avait qu'avec mes parents que ça coincé. De là, ne me demandez pas de vous expliquer pourquoi ils ne voulaient pas me faire confiance, comme n'essayez pas de me demander pourquoi, à la fin de mon lycée je claquais la porte, mais quelque chose avait fini par se briser dans ma famille. Sans doute trop autoritaire, trop faux pour moi, ils me firent quitter la maison en direction de New York après seulement trois ans d'étude supérieur. À peine âgé de 19 ans, je repris mes études de journalisme ici, continuant à faire ce que j'aimais découvrir, fouiller, chercher. Mes parents avaient bien essayé de me faire partir en médecine, mais je n'avais pas un cerveau fait pour les chiffre, en fait, si j'avais eu la moyenne jusque là, c'était simplement car je travaillais et que le travail était signe d'intelligence. Après, mon père avait bien espéré me voir rejoindre une quelconque fac de droit, mais non, je savais me sauver moi, mais les autres, même pas la peine. Alors je suivis un peu toute les spécialisations, jusqu'à avoir une révélation lorsqu'une blondinette assez gentille me demanda son aide. Aider le journal ? Pourquoi pas et ce qui était à l'origine une excuse pour flirter avec la rédactrice en chef, devins un projet d'avenir. Oui, j'aimais bien fouiller et déterrer les cadavre, j'aimais la vérité et la justice, j'aimais aussi la rédactrice, mais passons étant donné qu'elle me plaqua pour un sportif. Quoi qu'il en soit, je voulais faire journaliste, je voulais écrire. Mais arriver aux états unis n'avait pas été de tout repos et après avoir vidé mon compte en banque, il fallut bien que je trouve une solution. Et cette solution fut donc la photographie.

Je n'étais pas mauvais et je savais manipuler les choses dans le sens que je voulais, si bien que finit par me mettre à mon compte, gagnant en popularité et en carnet d'adresse. Finalement, lorsque j'eus fini le journalisme, je rentrais simplement dans un journal indépendant à petit budget, mais qui m'assurait un salaire fixe et surtout la possibilité de choisir mes sujets, un point important. Ecrivant sous pseudonyme, je pense avoir défrayé la chronique une paire de fois en m'attaquant aux grands de ce monde sans jamais qu'ils ne sachent d'ou ça vient. Des spéculations, souvent appuyé de preuves, mais des spéculations quand même. Après tout, à force de demander certaine émotion aux gens, j'étais devenu un pros des émotions, du moins quand la personne était prise de court. Mais bien que je sois heureux dans ce métier, je passais de plus en plus de temps à photographier, allant du simple shooting de mode à la photo plus artistique que j'exposais régulièrement dans une galerie. Rentable ? Je l'étais, et si mes parents s'étaient douté un instant de ce que je touchais, je pense qu'ils ne m'auraient pas aussi facilement renié.

Quoi qu'il en soit ce fut la photo qui m'offrit la meilleur chose de ma vie. Je me rappelle encore d'avoir été appelé dans une boite ou je devais shooté des jeunes mannequin habillé par un jeune créateur. Les deux sans doute nerveux, j'avais commencé par détendre mes modèles avant d'être piqué à vif par la nervosité de leur supérieur. Il s'appelait Zephyr et sans attendre, je me mêlais à son délire afin de le détendre. Sauf que manque de chance pour le reste de l'équipe présente sur place, je me pris au jeu et avec le temps, il devint plus qu'un simple ami. Je me sentais bien avec lui pour la première fois depuis longtemps. J'étais enfin moi, capable d'exprimer ma personnalité dans toute sa splendeur et je pense que c'est cette liberté qui me poussa à quitter mon précédent logement pour son immeuble. Et là, ce fut la consécration. J'avais acheté ce qui m'avait servi de chez moi, en faisant mon studio et bureau professionnelle, mais jamais plus je n'y passais une nuit. Dingo street était plus dans mes cordes, dans mon délire aussi.

Et c'est tout ça que j'essayais d'expliquer à mes parents en cet instant. Exprimant que bien que je touchais à présent pas mal, c'était surtout le fait que je me sente bien. Expliquant aussi que leurs travers n'auraient jamais pu m'être aussi bénéfique, leurs expliquant que j'avais pu devenir quelqu'un grâce à eux. J'avais claqué la porte à cause d'eux, mais je n'avais pas regretté mon enfance. Après dix ans de silence, l'on repassa enfin une bonne journée et il restèrent même dormir chez moi, eux dans ma chambre, moi dans le canapé. Et ils eurent une preuve de mon déphasement lorsque le lendemain je sortis en oubliant qu'ils étaient là.

« Un requin ! »

M'écriais-je alors que je me précipitais vers le rayon des peluches, bousculant au passage un gamin ayant une banale peluche de chien dans les bras. Banale, oui au plus haut point. Elle était où l'originalité de l'accessoire duveté si ce n'est d'être, pour une fois, autre chose qu'une énième copie de labrador ? Personnellement, je trouvais les chiens juste bon à consoler un gamin, mais comment en faire un homme, un baroudeur avec une peluche de fillette signé Royal Canin ? Non, il fallait de la peluche de qualité, il fallait du mordant et cette peluche requin était pas juste trop parfaite pour exprimé la virilité chez un homme ? Bon ok, fallait avoir mon raisonnement, mais quand même ! Alors, je pris donc mon requin avant de reprendre mes courses et je dois dire que pour changer, je fis se retourner quelques personnes. Le problème ? Le fait que je sois en pantalon de pyjama Bob l'éponge et t-shirt des Stones, le tout agrémenté d'un sac en cuir de haute facture, normal. Mais bon, ça vous prend souvent vous de vous rappeler qu'il fallait faire vos courses alors qu'on est dimanche et qu'il est déjà presque midi ? Non ? Alors quand ça vous prendra revenez me voir. Quoi qu'il en soit, je ressortais du magasin avec mon nouveau jouet et deux sacs de conneries bonne à la survie de tout homme, ou adolescent au choix. Revenant chez moi, je pense qu'il fut inutile pour moi de considérer les changements de comportement, en effet, passer de bête étrange à voisin normal n'avait rien de spécial là ou j'habitais, bien au contraire et avec le recul, aujourd'hui, je me demandais bien ce qui aurait pu faire de moi quelqu'un de différent. Rentrant donc, je déposais le tout dans la cuisine avant d'aller m'asseoir sur le canapé, la peluche dans les bras. J'étais désaxé, sauf que j'avais oublié que mes parents étaient là et lorsqu'ils arrivèrent devant moi visiblement effrayé par mon accoutrement, je ne pus que rire, ok, j'étais flippant, mais ils comprirent pour de bon qu'ils ne pourrait pas me changer. Ils partirent alors et depuis, je reste en contact avec eux, bien que ce ne soit à présent plus la même chose.

Nom complet ? Joakim Andrew Copeland. Âge ? 29 ans. Travail ? Journaliste dans un journal indépendant et photographe à mon compte. Situation familial ? Seul, célibataire et sans enfants. Le problème ? Aucun, si ce n'est sans doute mes horaires de travail, mon rythme de travail, mes fréquentations, la fréquence de mes sortis, ma tendance ne pas m'impliquer et mes huit ans d'âge mentale lorsqu'il est question, entre autre, de nourriture, de jeu et d'univers. Je suis ce genre de personne capable d'aller à une convention cosplayé en Peter Parker, sois Spider man pour ceux ayant loupé leur CP, qui, dans un élan de lucidité, irait faire ses courses à la grande enseigne du coin car entre nous, oublier le lait n'est pas une option. Oui, je suis difficile à suivre et ce même pour les plus habitués de mes connaissances. Je suis entre autre quelqu'un de naturellement méfiant lorsqu'il s'agit de ma vie privé, notez ici que si je vous rencontre dans un bars à 3h du matin en plein Time Square, vous deviendrez automatiquement mon ami, surtout si vous avez du répondant et que votre personnalité ne se résume pas à celle qu'un père de famille fatigué cherchant une exode au fond d'une bière. En revanche, ce qui passerait pour une bonne amitié ne serait en réalité qu'un jeu de contact et sauf affinité particulière, vous n'entrerez pas dans la liste très fermé des personnes potentiellement appelable en cas de mariage inopiné de ma part. Je suis aussi, et ça j'ose espéré que vous l'aurez remarqué, assez hyperactif, disons donc qu'une journée comporte 24h qui peuvent toute être utilisé sans grand problème dès la machine lancé. Du coup, et en passant outre mes innombrables autres qualités, je suis pas le genre de mec avec qui, passer du temps, construire des projets, ni même s'engager émotionnellement est possible. Alors certes, j'ai eu des copines, mais disons qu'avec le temps, les pauvres ont toutes fini par s'enfuir, me maintenant bien loin d'elle et ne me gardant, à l'occasion, que comme ami. Après, je demeure un homme et bien que je sois loin d'être un salaud, je suis quand même capable d'éprouver des besoins qui se limiterons à quelques heures volés lors d'une soirée, rien de plus et je pense qu'aujourd'hui, les gens et plus particulièrement les femmes, savent que je ne m'engagerais qu'en cas d'extrême urgence si puis-je dire. Tomber amoureux ? Peut-être un jour, mais disons qu'à ce niveau, je rationalise pas mal. En fait, en y regardant de plus prêt, c'est bel et bien lorsqu'il est question de coeur que je suis en mesure de mongoliser tel un malade de la polio face à mes émotions parfois mal comprise. Pourtant, je ne pense pas avoir était toujours aussi froid et distant, disons simplement que comme tout les gentils gars un peu limité, je me suis accroché à la mauvaise, et la séparation fit mal, sans doute trop pour que je prenne le risque de me blesser à nouveau et consciemment surtout.




Dernière édition par J. Andrew Copeland le Mar 6 Aoû - 15:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


▌Nombre de cartons : 1170
▌Loyers payés : 608


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 21:23

bienvenue I love you MGG, excellent choix d'avatar !  


hey yeah yeah, if we give a little love, maybe we can change the world (change the world), i said, hey yeah yeah, sing it if you're with me, all you boys and all you girls (all you girls).
let me see you put your hearts up
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Invité
MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 21:25

Merci BT =)
Mais le choix revient à Zephyr ^^ J'ai aucun mérite si ce n'est de vouloir épouser cet acteur ! *Sort*
Revenir en haut Aller en bas

avatar


▌Nombre de cartons : 852
▌Loyers payés : 1010


Notes à soi-même
Choses à faire:
Répertoire téléphonique:

MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 21:42

Bienvenue parmi nous et merci pour ton inscription par ici
Bon courage pour ta fichounette si tu as le moindre soucis ou la moindre question, surtout n'hésite pas

Je plussoie, le choix est top   Au passage, j'ai validé le code !


    happiness is hiding behind you


    Bright eyes, where do you wander on this dark night ? Angel eyes, why do you leave when it's just right ? Always deceive me, then you take flight, no need to worry for a while. Same morning, pick up the pieces and then keep walking away from your lies and all your sweet talking.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    avatar


    ▌Nombre de cartons : 1152
    ▌Loyers payés : 881


    Notes à soi-même
    Choses à faire:
    Répertoire téléphonique:

    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 21:49

    bienvenue et un grand merci de prendre mon perso *o* et oui c'est bien moi sur fb xD

    juste parce que j'aime trop dire ça : moi je l'ai rencontré MGG *O*

    ta fiche est terminée ? '-'


    Normal Guy


    Que manque-t-il a une fille qui a 400 likes et 200 commentaires sur sa photo de profil facebook ? Ses vêtements !


    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://morphine-galerie-rpg.forumactif.org/

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 21:53

    (Dis, je peux te bruler ?! Juste un peu, genre pour que tu souffres alors que moi je l'ai pas rencontré T_T)

    Merci Sio, Merci Zeph, et non, là je suis même pas à ses deux ans, pour dire, ton perso m'inspire XD
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar


    ▌Nombre de cartons : 1152
    ▌Loyers payés : 881


    Notes à soi-même
    Choses à faire:
    Répertoire téléphonique:

    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 21:55

    ahah. C'est ça la classe Cool j'ai eus droit à un petit mot, une petite étreinte et une petite photo Cool

    ah ouais carrément XD je vais lire ça en allant alors, je pense What a Face


    Normal Guy


    Que manque-t-il a une fille qui a 400 likes et 200 commentaires sur sa photo de profil facebook ? Ses vêtements !


    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://morphine-galerie-rpg.forumactif.org/

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 21:57

    Bon tu veux officiellement mourir ? Vas-y sois honnête !
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar


    ▌Nombre de cartons : 1152
    ▌Loyers payés : 881


    Notes à soi-même
    Choses à faire:
    Répertoire téléphonique:

    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 21:58

    je suis maso, fais moi du mal    


    Normal Guy


    Que manque-t-il a une fille qui a 400 likes et 200 commentaires sur sa photo de profil facebook ? Ses vêtements !


    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://morphine-galerie-rpg.forumactif.org/

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 21:59

    J'aime quand tu me dis ça !
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar


    ▌Nombre de cartons : 1152
    ▌Loyers payés : 881


    Notes à soi-même
    Choses à faire:
    Répertoire téléphonique:

    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 22:00

     


    Normal Guy


    Que manque-t-il a une fille qui a 400 likes et 200 commentaires sur sa photo de profil facebook ? Ses vêtements !


    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://morphine-galerie-rpg.forumactif.org/

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 22:25

    Comme ça ? En publique ? T'as pas honte vilain !
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar


    ▌Nombre de cartons : 1152
    ▌Loyers payés : 881


    Notes à soi-même
    Choses à faire:
    Répertoire téléphonique:

    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Sam 3 Aoû - 22:28

    où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir. ALORS ON S EN FOUT /*PAN*/


    Normal Guy


    Que manque-t-il a une fille qui a 400 likes et 200 commentaires sur sa photo de profil facebook ? Ses vêtements !


    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://morphine-galerie-rpg.forumactif.org/

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Dim 4 Aoû - 6:01

    Certes... ALORS AMUSONS-NOUS GRAND FOU !
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar


    ▌Nombre de cartons : 941
    ▌Loyers payés : 633
    Age : 28
    Localisation : Dans ton...


    Notes à soi-même
    Choses à faire:
    Répertoire téléphonique:

    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Dim 4 Aoû - 11:47

    Bienvienduuuu!!! *range ses couteaux pour pas effrayer le petit nouveau*  je suis quelqu'un de gentil dans le fond...si si.  Moi aussi je kiff le vava. Bon je vais lire cette fiche en détail. *curiosité* Very Happy


    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Mar 6 Aoû - 12:17

      Bienvenue ptit loup 8D

      Quel choix de fou  
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Mar 6 Aoû - 16:56

    Merci à vous deux, au passage je veux le même chat !

    Sinon j'ai techniquement terminé, je promets rien avec les fautes, mais voilà.
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Mar 6 Aoû - 17:01

      Il est cool Cacahuète hein ? 8D Mais je partage pas (a)
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Mar 6 Aoû - 17:02

    Allez, soit sympas ! Promis je lui achète ses croquettes !
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Mar 6 Aoû - 17:05

      Mais c'est mon seul ami mon chat ! Jpeux pas partager ! Mais tu peux venir dire bonjour !

      Et il mange tout, pas obligé les croquettes uu xD
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Mar 6 Aoû - 17:06

    J'ai bien vu qu'il mangeait tout ! Du coup t'acceptes les SDF voulant voler ton chat chez toi ?
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Mar 6 Aoû - 17:07

      Voler, non U^U mais tu peux passer du temps chez moi, ça jm'en fou, j'aime la compagnie 8D Mais tu pars pas avec ><
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Mar 6 Aoû - 17:10

    Bon, ok, tu seras mon bars à chat personnel !
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar




    Invité
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   Mar 6 Aoû - 17:12

      Dis comme ça c'est bizarre, mais je signe 8D Vive Cacahuète !
    Revenir en haut Aller en bas





    Contenu sponsorisé
    MessageSujet: Re: Sweet Dream - JAC [100%]   

    Revenir en haut Aller en bas
     

    Sweet Dream - JAC [100%]

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

     Sujets similaires

    -
    » I dream of becoming a carrot ! :D
    » perco dream team
    » La Dream Team
    » N°4832; SWEET FAMILY | liam
    » Missions : Home Sweet Home

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    DINGO STREET :: état des lieux :: C'est officiel, c'est la remise des clés. :: Le cimetière-